Le ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, démissionne

06/07/15 à 07:51 - Mise à jour à 10:35

Source: Belga

Alors que les grecs ont massivement dit "non" aux propositions des créanciers, lors du référendum de dimanche, le ministre grec des finances a annoncé sa démission ce lundi matin.

Le ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, démissionne

Yanis Varoufakis, ministre grec des finances. © REUTERS/Alkis Konstantinidis

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis démissionne, a-t-il indiqué lundi sur son site internet, au lendemain du référendum en Grèce, où le non au plan d'austérité des créanciers du pays l'a emporté.

"Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de 'partenaires' associés, (...) pour mon 'absence' des réunions; une idée que le premier ministre (Alexis Tsipras) a jugé potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des Finances aujourd'hui", a-t-il expliqué sur son blog.

Avant le référendum, il avait émis l'hypothèse d'une démission, mais uniquement en cas d'une victoire du "oui".

Plusieurs candidats possibles à sa succession

Plusieurs noms circulent pour les candidats qui pourraient assurer la succession de Yanis Varoufakis, le bouillant ministre des Finances démissionnaire, évoquent des médias anglo-saxons.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras consulte actuellement les chefs de partis de son gouvernement pour remplacer Yanis Varoufakis. Selon l'agence de presse Reuters, et le portail du quotidien The Guardian, plusieurs personnalités sont actuellement envisagées pour reprendre le portefeuille des finances. L'actuel ministre de l'Économie, le professeur d'économie Georges Stathakis se hisse en haut de la liste, ainsi que le coordonnateur des négociations avec les créanciers de la Grèce, Euclide Tsakalatos, économiste également. Les autres noms évoqués ensuite sont ceux de George Chouliarakis, menant l'équipe de négociation du gouvernement grec, et de Yannis Dragasakis, vice Premier ministre.

En savoir plus sur:

Nos partenaires