Le massacre de Srebrenica, 17 ans après

11/07/12 à 10:54 - Mise à jour à 10:54

Source: Le Vif

Des milliers de musulmans affluaient mercredi matin vers Srebrenica, en Bosnie orientale, où seront enterrées dans la journée 520 victimes du massacre commis par les forces serbes bosniennes.

Le massacre de Srebrenica, 17 ans après

© Reuters

Il y a 17 ans, environ 8.000 musulmans ont été massacrés par les forces serbes bosniennes dans le contexte de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Ces massacres ont été perpétrés par des unités de l'Armée de la République serbe de Bosnie sous le commandement du général Ratko Mladi? dans la ville, déclarée "zone de sécurité" par l' ONU.

Mardi, quelque 7.000 personnes sont arrivées à Potocari, après avoir parcouru à pied, en sens inverse, le chemin que les musulmans de Srebrenica avaient emprunté à travers les forêts pour fuir le massacre.

La cérémonie commémoration aura lieu aujourd'hui. "C'est de la douleur, une douleur sans fin. Et lorsque le 11 juillet arrive, chaque année, cette douleur devient insupportable", lance en pleurant Sevdija Halilovic, venue au centre mémorial de Potocari, près de Srebrenica, pour les funérailles de son père. "Les restes de mon père ont été exhumés de deux fosses communes. Mes deux frères ont aussi été tués dans le massacre, mais ils n'ont pas encore été retrouvés", ajoute cette femme âgée d'une cinquante d'années.

En 1995, les cadavres avaient été déposés dans des fosses communes, qui avaient ensuite été ouvertes avec des bulldozers pour déplacer les cadavres afin de dissimuler l'étendue du crime. L'enterrement des victimes exhumées des fosses communes et identifiées est organisé chaque année à Potocari, à l'occasion de l'anniversaire du massacre.

A ce jour, 5.137 victimes ont été enterrées dans le cimetière du mémorial. Au moins 30.000 personnes devraient participer cette année à la cérémonie commémorative, selon les organisateurs.

Le procès

Après des années de cavale, les ex-chefs militaire et politique des forces serbes de Bosnie, Ratko Mladic et Radovan Karadzic, sont jugés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), pour leur responsabilité dans ce massacre.

Ils sont inculpés de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre durant la guerre en Bosnie (1992-1995), au cours de laquelle 100.000 personnes ont été tuées. Le massacre de Srebrenica a été qualifié de génocide par la justice internationale.

Le procès, suspendu le 17 mai à la demande de la défense, a repris lundi deux jours avant la commémoration. Les juges ont entendu lundi après-midi le premier témoin de l'accusation, Elvedin Pasic, un musulman qui avait survécu à l'exécution sommaire d'environ 150 personnes en novembre 1992, dans le village de Grabovica (nord de la Bosnie).

Arrêté le 26 mai 2011 en Serbie après avoir échappé pendant seize ans à la justice internationale, Ratko Mladic plaide non coupable. Il encourt la prison à perpétuité.

Le Vif.be avec Belga

Nos partenaires