Le Japon en alerte après une scission au sein du plus important gang de yakuzas

03/09/15 à 08:25 - Mise à jour à 08:25

La police japonaise a appelé mercredi à la vigilance nationale, craignant de possibles règlements de comptes après un schisme au sein du plus important gang de mafieux (yakuza).

Le Japon en alerte après une scission au sein du plus important gang de yakuzas

Les membres des yakuzas profitent de l'occasion pour exhiber fièrement leurs irezumi (tatouages recouvrant entièrement le corps), événement exceptionnel possible qu'au cours du festival shinto Sanja Matsuri © Colin and Sarah Northway / Flickr

L'avertissement est venu de l'Agence de police nationale (NPA) après la tenue d'une réunion d'urgence des officiers spéciaux des 47 préfectures du pays.

"Nous ne disposons pas d'informations précises à ce jour sur le fait que la situation va dégénérer, mais il s'est produit dans le passé des incidents impliquant des simples citoyens", d'où l'appel à la vigilance, a déclaré Takashi Kinoshita, chef du département du crime organisé au sein de la police nationale.

Et de demander aux officiers du pays de signaler immédiatement "tout signe de conflit", tout en leur enjoignant "d'intensifier les actions visant à affaiblir et anéantir les syndicats du crime".

Le clan Yamaguchi (Yamaguchi-gumi), considéré comme le plus grand syndicat du crime du Japon, totaliserait quelque 23.000 membres et associés, sur environ 60.000 pour l'ensemble des groupes recensés au Japon.

Selon des informations compilées par les forces de l'ordre, le syndicat a expulsé 13 dirigeants de factions et 11 s'activent pour former un nouveau groupe qui pourrait allier avec d'autres truands.

Tout comme leurs cousins italiens (la mafia) ou chinois (les triades), les yakuza vivent notamment du jeu, de la drogue et de la prostitution, mais ils se sont aussi immiscés au fil des années dans de nombreux secteurs d'activité (BTP, recyclage, recrutement de personnel, etc.) où ils perturbent les règles et rackettent des sociétés.

L'existence de ces clans en tant que tels est autorisée, bien qu'une partie de leurs activités soit interdite. D'après les sociologues, la présence des yakuza réduit la petite délinquance qui est "contrôlée" par ces organisations.

Toutefois, depuis que la police a décidé de combattre un peu plus énergiquement le crime organisé, les yakuza traversent une passe difficile.

En savoir plus sur:

Nos partenaires