Le gouvernement français prêt à fermer des mosquées liées à l'islamisme radical

30/06/15 à 18:46 - Mise à jour à 18:46

Source: Belga

Le Premier ministre français Manuel Valls s'est dit prêt si nécessaire mardi à fermer des mosquées et dissoudre des associations qui s'avèreraient suspectes de sympathies ou de complicités avec l'islamisme radical et le djihadisme.

Le gouvernement français prêt à fermer des mosquées liées à l'islamisme radical

© AFP

"Toutes les solutions sont explorées et mises en oeuvre pour entraver l'action des terroristes. Et il faut empêcher d'agir les associations qui encouragent ou diffusent les appels à la violence", a-t-il déclaré devant les députés. "S'il faut les dissoudre, nous le ferons", a lancé le chef du gouvernement socialiste au pouvoir.

Depuis l'attentat qui a visé vendredi une usine de la région de Lyon (centre-est), où un homme a été décapité, des voix se sont élevées dans l'opposition de droite et à l'extrême droite pour réclamer notamment la fermeture de mosquées salafistes, considérées comme suspectes de liens avec la mouvance djihadiste.

"J'ai eu l'occasion (...) de dire notre inquiétude sur la profusion des messages notamment des Frères musulmans, en France et dans le monde, et sur notre profonde inquiétude et la nécessité d'agir contre le salafisme le plus radical", a déclaré le Premier ministre.

"Le ministre de l'Intérieur agit et agira (...) pour fermer les mosquées quand il faut les fermer, s'attaquer aux commerces qui alimentent financièrement ce terrorisme", s'est-il engagé.

Manuel Valls a listé les mesures en vigueur pour lutter contre les groupes radicaux, outre les poursuites judiciaires: expulsion de territoire, déchéance de nationalité française, interdiction d'entrée et de sortie du territoire, blocages de sites internet, suppressions de prestations sociales...

Il a également rappelé le renforcement du plan antiterroriste Vigipirate et du nombre de militaires déployés dans les lieux publics depuis les attentats de Paris début janvier (17 morts), le renforcement des moyens des forces de l'ordre et du renseignement et la priorité à la traque des radicaux sur internet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires