Le Danemark met en garde les migrants dans la presse libanaise

07/09/15 à 15:42 - Mise à jour à 15:42

Le Danemark a acheté des espaces publicitaires dans quatre journaux au Liban pour avertir les candidats à l'émigration qu'il avait durci les conditions d'installation sur son territoire.

Le Danemark met en garde les migrants dans la presse libanaise

© Image Globe / BODO MARKS

"Le Danemark a décidé de durcir les règles s'appliquant aux réfugiés", prévient la publicité publiée lundi par trois quotidiens de langue arabe et un autre en anglais.

Elle informe ainsi que les allocations sociales accordées aux nouveaux arrivants ont été réduites "jusqu'à 50%" et que le rapprochement familial n'est pas autorisé durant la première année pour les détenteurs d'un permis de résidence temporaire.

Pour rester au Danemark, les migrants et réfugiés devront parler et comprendre le danois, précise le texte, qui avertit que ceux qui n'obtiendront pas un permis de résidence seront "renvoyés rapidement" du pays.

A Copenhague, la ministre chargée de l'Immigration et de l'Intégration, Inger Stojberg, membre de l'aile droite du parti libéral Venstre, a justifié cette publicité qui "vise à informer objectivement et sobrement" sur les règles danoises.

"En considérant la vague d'arrivées en Europe ces jours-ci, il y a de bonnes raisons pour durcir les règles et le faire savoir", indique-t-elle sur sa page Facebook.

Une porte-parole du ministère a démenti des informations de presse selon lesquelles cinq quotidiens turcs auraient refusé de publier la publicité.

Le parti de droite du Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a remporté les élections au printemps en faisant campagne sur la baisse des prestations destinées aux demandeurs d'asile, qui avaient été relevées par le gouvernement précédent de centre gauche. Minoritaire, il dépend du soutien du Parti populaire danois, une formation de droite anti-immigration, pour faire passer des lois au parlement.

Le Danemark a reçu près de 15.000 demandeurs d'asile en 2014, presque deux fois plus que l'année précédente.

Avec AFP

En savoir plus sur:

Nos partenaires