Le coup de folie d'un Américain filmé en direct

16/12/10 à 12:29 - Mise à jour à 12:29

Source: Le Vif

Un homme de 56 ans a ouvert le feu ce mardi dans une école en Floride avant de se suicider. La scène a été filmée et depuis les images font le tour d'Internet.

Le coup de folie d'un Américain filmé en direct

© Youtube

Depuis mardi, la télévision américaine repasse en boucle les images du coup de folie d'un forcené en Floride. Clay Duke, 56 ans, a ouvert le feu mardi, sans faire de victime, dans une école de Floride, avant de se donner la mort. Motif de cet acte? L'homme aurait voulu "venger" sa femme qui a été licenciée.

Lors d'une réunion du conseil scolaire des écoles de la Bay District de Floride, l'homme se présente et annonce qu'il a une motion à proposer. Il sort une bombonne de peinture, puis dessine un "V" sur un mur, entouré d'un cercle. Il se présente ensuite devant les membres de la commission, armé d'un pistolet. Il demande aux personnes présentes dans la salle de partir, à l'exception des membres du conseil. Une femme tente d'intervenir et le frappe avec son sac à main, en vain. L'homme se plaint du renvoi de sa femme par les membres du conseil. Ces derniers tentent de le calmer mais l'homme tire une dizaine de coups avec son arme, avant de la retourner contre lui. C'est l'unique scène qui n'a pas été filmée.

Sa femme Rebecca Duke indique qu'il prenait des médicaments, pour trouble bipolaire. Elle confirme qu'elle était à la recherche d'un emploi. Mais selon elle, son époux voulait également faire passer un message politique à travers son geste: "Il essayait de dire que le monde est trop centré sur l'argent, on ne se soucie plus les uns des autres". "On voudrait récupérer notre classe moyenne, on le mérite autant que les riches".

La dame au sac, mythe national

L'héroïne de cette affaire, c'est Ginger Littleton, la dame au sac à main, qui a tenté de neutraliser le forcené. "Je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête. Il n'y avait personne dans la pièce pour nous protéger", a-t-elle confié ce mercredi à la CNN. "Quand je suis revenue, je l'ai vu debout à l'endroit même où j'étais assise, avec devant lui les personnels alignés comme des pigeons sur un fil. Ca lui aurait pris deux secondes de tous les tuer", a-t-elle confié.
En quelques heures seulement, elle est devenue un mythe national, enchaînant les interviews à la télévision. Sur Internet aussi on ne parle que d'elle: le site communautaire Facebook accueille depuis ce mardi de nombreux groupes qui saluent sa bravoure, dont certains comptent déjà plusieurs centaines de membres.

L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires