Le commandant du Concordia assigné à résidence

18/01/12 à 10:03 - Mise à jour à 10:03

Source: Le Vif

Poursuivi pour homicides, naufrage et abandon de navire, le capitaine du Costa Concordia affirme être tombé à l'eau, ce qui l'aurait empêché d'organiser les secours à bord. Le bilan des victimes est estimé à 11 morts et une vingtaine de disparus.

Le commandant du Concordia assigné à résidence

© Reuters

La justice italienne a décidé mardi d'assigner à résidence le capitaine du Costa Concordia, en prison à Grosseto, dans le centre de l'Italie, pour avoir provoqué le naufrage de son navire.
Poursuivi pour homicides multiples par imprudence, naufrage et abandon du navire, Francesco Schettino avait été écroué samedi sur ordre du procureur en chef de Grosseto, Francesco Verusio, qui avait dit craindre "un risque de fuite et de dissimulation de preuves". Selon les médias, celui que le Corriere della Sera surnomme "l'homme le plus détesté d'Italie" devrait sortir mercredi matin de la prison de cette ville.

Sur place, des policiers sortant de l'établissement pénitentiaire ont assuré à la cinquantaine de journalistes massés à sa porte que le commandant avait déjà quitté la prison, ce qui n'a pas pu être confirmé de source officielle. Au cours de son audition pendant trois heures mardi devant une juge des enquêtes préliminaires, le commandant a "donné ses explications", notamment sur le retard mis à donner l'alerte après la collision du navire avec un rocher à moins de 500 mètres de la côte de l'île du Giglio, a expliqué son avocat, Me Bruno Leporatti.

Selon ce dernier, le capitaine a aussi catégoriquement démenti avoir abandonné le navire avant l'évacuation des derniers passagers et affirmé avoir "sauvé des milliers de vie" en effectuant une manoeuvre pour ramener le navire vers la côte. Il aurait également expliqué être tombé à l'eau ce qui l'aurait empêché de se trouver à bord pour organiser les secours.

Francesco Schettino a expliqué mercredi à la justice qu'il n'avait pas eu l'intention de quitter le bateau: "J'étais en train d'aider les
passagers à mettre une chaloupe de sauvetage à la mer. Mais le mécanisme qui devait la faire descendre s'est soudain bloqué quelques secondes. Lorsqu'il s'est remis en marche, je suis tombé et je me suis retrouvé dans la chaloupe avec les autres passagers", affirme-t-il. Il prétend également ne pas être parvenu à remonter sur le navire par la suite. Les quotidiens italiens Corriere della Sera et La Repubblica doutent très fort de cette version dans la mesure où deux subalternes du capitaine, Dimitri Christidis et Silvia Coronica, se trouvaient également sur le canot de sauvetage.

Des charges écrasantes

Pour leur part, les magistrats-enquêteurs du parquet avaient demandé son maintien en détention. Dans la soirée, le procureur Francesco Verusio a affirmé "ne pas comprendre" la décision de le libérer. Car les charges contre le commandant Schettino, décrit par des témoins comme "trop exubérant et casse-cou", sont écrasantes.

L'enregistrement d'une de ses conversations avec la capitainerie du port au moment de la catastrophe est accablant. D'un ton faible et hésitant, il fait d'abord croire à son interlocuteur qu'il est à bord alors qu'il a déjà quitté le navire, puis refuse de remonter. "Remontez à bord, bordel de merde", lui intime un moment Gregorio De Falco, de la capitainerie du port de Livourne, visiblement exaspéré et scandalisé. La phrase, largement reprise sur internet, a fait école, au point qu'un petit malin en a déjà fait un tee-shirt "vada a bordo, CAZZO".

Le commandant Schettino est aussi accusé d'avoir tardé à ordonner l'évacuation, déclenchant selon l'enquête des garde-côtes une "mini-mutinerie" de l'équipage qui a démarré les opérations d'évacuation sans que le commandant ait formellement décrété "l'abandon du navire". Alors que le navire penchait, ils ont commencé à préparer les chaloupes sans attendre les consignes de leur chef.

Analyses toxicologiques

Enfin, le capitaine est accusé par sa propre compagnie d'avoir lui-même dévié la trajectoire du bateau pour effectuer une parade, tous phares allumés, à proximité de l'île. Selon des sources proches de l'enquête, il sera soumis à des analyses pour vérifier s'il a absorbé des stupéfiants ou d'autres substances toxiques la nuit du naufrage.

Dans leurs recherches désespérées pour retrouver les disparus du naufrage du Costa Concordia, sauveteurs et plongeurs ont découvert cinq nouveaux cadavres, portant le bilan provisoire à onze morts. Les corps se trouvaient dans la partie immergée de la poupe, à proximité du restaurant. Selon un dernier décompte officiel en Italie, 28 personnes manquent toujours à l'appel, les autorités ayant retrouvé la trace d'un Allemand rescapé, mais qui n'avait pas été enregistré. Il s'agirait de 13 Allemands, six Italiens, quatre Français, deux Américains, un Hongrois, un Péruvien et un Indien.

Plus de 70 passagers du Costa Concordia ont adhéré à une action collective contre Costa Crociere lancée par l'association italienne de défense des consommateurs Codacons. En France, l'avocat d'un couple a annoncé le dépôt d'une plainte contre le groupe italien. Ses clients, Patrice et Tatiana Vecchi, ont lancé un collectif de victimes qui devrait réunir une centaine de noms.

LeVif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires