Le cinéma belge fait les yeux doux à Hollywood

05/06/13 à 07:14 - Mise à jour à 07:14

Source: Le Vif

Une trentaine de producteurs indépendants et des représentants des studios de cinéma les plus importants aux Etats-Unis - les majors - étaient réunis mardi dans un hôtel de Los Angeles pour écouter la Belgique vanter ses atouts audiovisuels.

Le cinéma belge fait les yeux doux à Hollywood

© Image Globe

"Nous étions connus pour nos bières, notre chocolat et nos diamants. Dorénavant, nous le sommes aussi pour nos films", a d'emblée affirmé le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, présent en Californie dans le cadre de la mission économique présidée par le Prince Philippe.

"Des aides fédérales aux soutiens régionaux, la Belgique dispose d'une variété de sources de financement pour le secteur", a poursuivi M. Reynders en résumant au public américain les avantages d'un système tel que le tax-shelter.

Créé en 2004, ce dernier constitue un incitant fiscal de poids permettant à toute entreprise de bénéficier d'une exonération fiscale de 150 pc du montant investi dans une production audiovisuelle européenne, pour autant que l'investissement ne dépasse pas 50 pc du budget du film.

"Ce système est certainement un atout pour la Belgique, pays que les professionnels du secteur considèrent aujourd'hui comme un 'hotspot' pour la coproduction de films", a de son côté estimé Philippe Reynaert, directeur de Wallimage, le fonds wallon de soutien aux entreprises et aux productions audiovisuelles. Selon ce dernier, seuls l'Irlande, le Luxembourg et la Hongrie ont mis sur pied, en Europe, un financement de même nature.

"La Belgique a également été le deuxième pays européen, après la Pologne, à ouvrir des écoles de cinéma, ce qui lui permet de nos jours de compter de nombreux professionnels de qualité", a poursuivi M. Reynaert en soulignant enfin la petitesse du marché belge qui pousse naturellement à la coproduction.

"Nous ne sommes pas un pays qui fait a priori rêver Hollywood mais nous devons mettre en avant notre savoir-faire et développer les collaborations", a-t-il ajouté.

De là à ce que Didier Reynders imagine, lui, Mickey et Minnie gambader dans un paysage belge, il n'y a qu'un pas qui a fait sourire le public présent ce mardi à Los Angeles, parmi lequel se trouvait le Prince Philippe.

Ce dernier a profité de l'occasion pour remettre l'ordre de Léopold au sénateur et patron de la Motion Picture Association of America (MPAA) Christopher Dodd.

En savoir plus sur:

Nos partenaires