Le CD&V partagé sur le communautaire

13/07/10 à 11:32 - Mise à jour à 11:32

Source: Le Vif

Les avis sont partagés, chez les chrétiens-démocrates flamands, sur les suites à donner au communautaire dans d'éventuelles négociations gouvernementales. Le Standaard se demande si les dispositions communautaires contenues dans l'accord de gouvernement flamand forment pour le CD&V, dans les négociations avec les francophones, un seuil minimum ou plutôt une base de discussion.

Le CD&V partagé sur le communautaire

© Belga

Au sein du CD&V, tout le monde se réfère, pour BHV et la réforme de l'Etat, aux dispositions communautaires de l'accord de gouvernement flamand, la note baptisée Octopus. Mais il n'y a pas de consensus sur la façon de l'interpréter.

Le député Hendrik Bogaert l'affirme dans une interview au journal: "La note Octopus est une base, un minimum sous lequel nous ne pouvons pas aller". Selon lui, c'est ce qui a également été convenu lors d'une réunion du bureau politique du CD&V.

Ludwig Caluwé, chef de groupe CD&V au parlement flamand, partage cet avis. "La note Octopus est clairement un seuil minimal. Si on n'en obtient que la moitié, on aura violé l'accord de gouvernement."

A la tête du parti, les avis sont plus nuancés. "Les exigences communautaires de l'accord de gouvernement flamand ne sont pas la limite ou le seuil minimal, mais une pierre de touche", indique Wouter Beke, le président. Le cabinet du ministre-président flamand Kris Peeters souligne également qu'il ne s'agit pas d'un minimum minimorum ou d'un seuil minimal. "Nous avons toujours parlé d'une pierre de touche."

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires