Le Brexit fait fuir les jeunes au pair européens

20/07/17 à 09:39 - Mise à jour à 09:39

Source: Afp

Les négociations autour du Brexit viennent seulement de débuter, mais la peur de ne plus pouvoir voyager librement au Royaume-Uni inquiète déjà les jeunes au pair européens qui se détournent du pays.

Le Brexit fait fuir les jeunes au pair européens

© Reuters

En échange d'un toit et d'argent de poche, de nombreux jeunes européens acceptent chaque année de s'occuper des enfants de familles britanniques aisées, afin de parfaire leur anglais et voyager. Mais depuis que le Royaume-Uni a voté en faveur du Brexit, en juin 2016, les agences d'au pair ont de plus en plus de mal à recruter des candidats.

"J'estime que les candidatures d'au pair pour le Royaume-Uni ont baissé de moitié comparé à celles de juillet 2016. Les chiffres de l'année dernière étaient déjà plus bas en raison de l'incertitude causée par le référendum sur le Brexit", déclare à l'AFP Rebecca Haworth-Wood, présidente d'une association britannique qui regroupe une trentaine d'agences d'au pair, la British Au Pair Agencies Association (BAPPA).

Chaque année environ 40.000 familles britanniques sont en quête d'une jeune fille ou jeune homme au pair. A quelques semaines de la rentrée, 1.100 d'entre elles n'ont toujours pas trouvé chaussure à leur pied selon la BAPPA. D'autres ont dû se montrer moins regardantes concernant leurs exigences.

"Nous avons abandonné"

"Au lieu de la masse habituelle de candidatures sur le site AuPairWorld, j'ai dû m'occuper seule d'effectuer les recherches. J'ai finalement trouvé quelqu'un mais ça a été très compliqué. Saleté de Brexit !", tempête une maman sur le forum en ligne Mumsnet, qui dispense des conseils aux mères de famille.

"C'est terrifiant ! Nous avons généralement le choix parmi une centaine de candidats mais nous avons dû faire toutes les recherches nous-mêmes cette année", raconte une autre utilisatrice. "Nous avons abandonné. Nous allons continuer sans jeune au pair !", écrit encore une autre.

Mme Haworth-Wood affirme qu'"il ne fait aucun doute" que le Brexit a eu un impact sur l'activité des agences. "Les négociations (du Brexit, ndlr) ont à peine commencé et nous ne savons pas où va s'intégrer le programme d'au pair. Les jeunes qui préparent leur voyage au Royaume-Uni veulent évidemment connaître ce qui les attend", explique-t-elle.

L'agence européenne AuPairWorld, dont le siège est situé en Allemagne, voit également le nombre de candidatures pour le Royaume-Uni fortement diminuer, passant de 21.000 pour la première moitié de 2015 à 12.000 pour la première moitié de 2017. "Nous ne pouvons que spéculer sur les raisons qui expliquent cette baisse mais le Brexit est très vraisemblablement en cause ainsi que toutes les incertitudes qui l'entourent. Les gens ont peut-être peur d'avoir besoin d'un visa, et personne ne sait qui pourra en demander un, s'il sera difficile de l'obtenir et combien il coûtera", a déclaré à l'AFP sa porte-parole Susanne Becker.

Pour Rebecca Haworth-Wood, les récentes attaques terroristes en Europe pourraient également peser négativement dans la décision des jeunes européens de voyager. Face à ce climat incertain, elle se veut rassurante. "Nous attendons toujours que le gouvernement britannique explique quel système il veut mettre en place pour les au pairs. Mais pour le moment rien n'a changé. Les jeunes Européens sont plus que bienvenus !".

Nos partenaires