Lavrov estime que les autorités de Kiev "enfreignent grossièrement" l'accord de Genève

21/04/14 à 12:37 - Mise à jour à 12:37

Source: Le Vif

Les autorités de Kiev "enfreignent grossièrement" l'accord de Genève, qui prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés dans les villes ukrainiennes, dans la capitale comme dans l'Est, a estimé lundi le ministre russe des Affaires étrangères.

Lavrov estime que les autorités de Kiev "enfreignent grossièrement" l'accord de Genève

© Image Globe

"Non seulement, l'accord de Genève n'est pas respecté mais des mesures sont prises, notamment par ceux qui se sont emparés du pouvoir à Kiev, qui l'enfreignent grossièrement", a déclaré Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse.

Les autorités de Kiev "déclarent ouvertement que l'accord de Genève ne s'applique pas au Maïdan car l'administration de la ville de Kiev a décidé que ce lieu pouvait être préservé et qu'il était légitime. C'est tout à fait inacceptable", a-t-il expliqué.

M. Lavrov faisait alors référence à une place centrale de la capitale, haut lieu du mouvement de contestation qui a renversé en février le régime pro-russe du président Viktor Ianoukovitch et sur lequel des manifestants campent toujours au milieu de barricades. Russie et Etats-Unis s'accusent mutuellement d'ingérence et d'absence de volonté pour appliquer l'accord de Genève, depuis sa signature jeudi.

Les Etats-Unis, qui estiment que Moscou se trouve derrière les troubles en Ukraine, ont appelé la Russie à faire pression sur les insurgés pro-russes, qui gardent encore le contrôle de l'administration régionale de Donetsk mais aussi de nombreuses mairies dans la région, pour qu'ils respectent l'accord et menacé de nouvelles sanctions.

"Les tentatives d'isoler la Russie sont vaines, car isoler la Russie du reste du monde est impossible", a rétorqué lundi M. Lavrov.
"Tout d'abord parce que nous sommes une grande puissance, indépendante et qui sait ce qu'elle veut. Et deuxièmement parce qu'une écrasante majorité de pays ne veulent pas isoler la Russie", a-t-il ajouté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires