"Laissez les Iraniennes entrer dans leurs stades !"

13/09/16 à 10:00 - Mise à jour à 10:02

Source: Le Vif/l'express

Depuis seize ans voisine de l'Atomium, sa "statue de la Liberté", la militante des droits des femmes en Iran, Darya Safai, ne rechigne pas aux coups d'éclat pour populariser sa cause. Sur un plateau télé contre Christine Defraigne ou dans la tribune d'un stade des Jeux olympiques, pour que ses compatriotes puissent y accéder, elles aussi.

Vous avez brandi la banderole " Laissez les femmes iraniennes entrer dans leurs stades " lors de la rencontre entre l'Iran et l'Egypte du tournoi olympique de volley-ball. Comment cela s'est-il passé ?

J'ai créé ce mouvement en 2014 pour que les Iraniennes puissent accéder aux stades comme les hommes. J'ai manifesté en Italie, aux Pays-Bas. Je voulais faire de même aux Jeux olympiques pour les valeurs que l'événement est censé véhiculer. J'ai ouvert et déployé ma banderole. A un certain moment, un spectateur iranien m'a invectivé : " Tu dois replier ce drapeau ! " Je lui ai répondu : " Pour qui te prends-tu pour me donner des ordres ?" Il a alerté la sécurité. Cinq gardes sont arrivés ; je ne voulais pas lâcher ma banderole ; cinq militaires ont débarqué ; tout ça pour un petit message de paix. Je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer. Quasiment à chaque fois, je rencontre des problèmes. Il est vrai que pour avoir le maximum de visibilité, j'arrive très tôt et je prends des places au premier rang, là où les journalistes peuvent me voir. Ce fut ma chance à Rio. Tous les médias, même au Japon ou en Inde, ont parlé de l'incident.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires