La victoire de Hollande, un revers pour Merkel

07/05/12 à 06:57 - Mise à jour à 06:57

Source: Le Vif

La victoire du socialiste François Hollande à la présidentielle française est un revers pour la chancelière allemande Angela Merkel, qui avait soutenu jusqu'au bout le conservateur Nicolas Sarkozy, affirment les premiers journaux allemands ce lundi.

La victoire de Hollande, un revers pour Merkel

© Image Globe

"C'est un tournant, avant tout pour Angela Merkel : François Hollande, que la chancelière voulait absolument éviter, devient président à la place de son favori", écrit le quotidien des affaires, Financial Times Deutschland. "Comme c'est désagréable pour Merkel. (...) Le souhait de François Hollande de compléter par un volet croissance le traité budgétaire européen attaque le pouvoir de la chancelière en Europe", ajoute-t-il.

Et le journal d'estimer que c'est sa faute, car "elle s'est de façon inhabituelle opposée à Hollande". "Elle a créé les conditions pour que Hollande puisse s'imposer aux dépens de l'Allemagne".

Le quotidien régional Stuttgarter Zeitung met en garde François Hollande sur sa promesse de renégocier le traité budgétaire. "Aussi incontournable que soit la France pour faire avancer l'Union Européenne : le pays n'est pas assez fort pour imposer sa volonté contre d'autres poids-lourds de la communauté".

Selon le quotidien de gauche berlinois, Tagesspiegel, les deux élections en France et en Grèce pourraient devenir un problème pour la politique de redressement budgétaire préconisée en Europe par la chancelière Angela Merkel.

"Une Grèce qui ne veut plus contribuer à sa propre guérison et une France qui avec une politique économique orientée sur l'offre quitte symboliquement l'Europe du Nord pour l'Europe du Sud, c'est-à-dire tourne le dos à la discipline budgétaire. Cela signifie que l'Allemagne a encore très peu d'alliés", écrit-il.

"Mais si les marchés financiers internationaux commencent à retirer leur confiance à la France, deuxième nation industrialisée la plus forte d'Europe, cela va affaiblir l'euro", ajoute-t-il.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires