La tension remonte à nouveau à Ferguson

16/08/14 à 16:20 - Mise à jour à 16:20

Source: Le Vif

Le gouverneur du Missouri (centre des Etats-Unis) Jay Nixon a annoncé samedi l'instauration d'un état d'urgence et d'un couvre-feu, de minuit à 5H00 (10H00 GMT) du matin, dans un quartier de Ferguson, théâtre d'émeutes depuis la mort il y a une semaine d'un jeune Noir tué par un policier.

La tension remonte à nouveau à Ferguson

© Reuters

"J'ai signé un ordre déclarant l'état d'urgence et ordonnant la mise en place d'un couvre-feu dans le quartier touché de Ferguson", a indiqué le gouverneur lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle il a été vivement interpellé à plusieurs reprises.

"Ce n'est pas pour faire taire les gens de Ferguson, de cette région ou d'autres, mais pour contenir ceux qui noient la voix du peuple par leurs actions", a ajouté le gouverneur en évoquant les émeutiers de la nuit précédente. "Nous voulons des réponses sur ce qui est arrivé la semaine dernière et je continuerai à chercher à les avoir et à demander la transparence", a-t-il ajouté. La tension dans la ville a été ravivée aussi par une communication confuse de la police locale sur les circonstances de la mort du jeune homme, soupçonné de vol avant d'avoir été abattu. Mais "si nous voulons arriver à la justice, nous devons d'abord avoir et maintenir la paix", a-t-il insisté. Le gouverneur, comme après lui Ron Johnson, le chef de la police de la route en charge du maintien de l'ordre, a été régulièrement interrompu par des personnes très en colère.

"Dormir n'est pas une option, gouverneur Nixon. Nous demandons justice! ", a lancé l'une d'entre elles. "Gouverneur, il faut inculper la police pour ce meurtre! ", a réclamé une autre. Le chef de la police a précisé mettre en place le couvre-feu "dès aujourd'hui", pour ramener "la sécurité dans le quartier". Il a également indiqué que 40 agents de la police fédérale (FBI) avaient commencé à frapper aux portes du voisinage pour leur enquête sur la mort du jeune homme, et contacté des témoins. Après un retour au calme jeudi suite à la relève de la police locale, critiquée pour ses brutalités, la tension était remontée dans la nuit de vendredi à samedi dans la petite ville, où Michael Brown, 18 ans, a été abattu le 9 août par un policier dans des circonstances controversées.

Quelque 200 manifestants violent le couvre-feu

Quelque 200 manifestants ont violé le couvre-feu dans la nuit de samedi à dimanche, dont sept ont été arrêtés. Le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, avait justifié l'instauration du couvre-feu à partir de samedi soir par le souci de "maintenir la paix" et "arriver à la justice" pour que soient établies les circonstances de la mort de Michael Brown. Mais après l'entrée en vigueur du couvre-feu peu après minuit, environ 200 personnes se sont rassemblées dans la zone où Brown a été abattu le 9 août et ont refusé de se disperser, selon les médias locaux. Des membres de la police antiémeute lourdement armés, soutenus par des renforts en transports de troupes blindés, ont fait usage de gaz lacrymogènes et de bombes fumigènes en progressant lentement pour disperser les manifestants. Malgré le caractère impressionnant de ces scènes, aucune violence n'a été rapportée. Sept personnes qui refusaient de quitter les lieux ont été arrêtées, a annoncé Ron Johnson, le chef de la police de la route chargé du maintien de l'ordre après que la police locale, accusée de brutalité, a été relevée de sa mission. Il a expliqué à la presse, au milieu de la nuit, que la police était allée sur place après avoir reçu des informations selon lesquelles une personne, apparemment non liée à cette manifestation, avait été blessée par balle et que des hommes armés avaient fait irruption dans un restaurant. Une voiture de police a également essuyé des tirs, a dit M.

En savoir plus sur:

Nos partenaires