La Sibérie brûle, les autorités impuissantes

03/09/15 à 12:24 - Mise à jour à 12:24

De gigantesques incendies de forêts ravagent depuis plusieurs semaines la taïga sibérienne, recouvrant d'une épaisse fumée le lac Baïkal, plus grande réserve naturel d'eau douce de la planète, et menaçant la santé de la population locale.

La Sibérie brûle, les autorités impuissantes

© AFP

Le phénomène, qui a débuté dès avril, s'est aggravé cette semaine avec près de 2.000 km2 de forêts partis en fumée, soit quatre fois plus qu'il y a un mois, a annoncé l'agence fédérale des forêts dans un communiqué. La région la plus touchée est celle de Bouriatie, en Sibérie, où 36 incendies ravagent actuellement quelque 1.500 km2 de taïga. C'est plus du double de la superficie dévorée par le feu en Californie depuis le début de l'année. "Tout brûle", résume Oksana Moukhina, qui gère un petit hôtel de 15 chambres sur la rive orientale du lac Baïkal. Face à l'épaisse fumée que dégagent les incendies, les autorités locales ont demandé aux habitants de rester calfeutrés chez eux autant que possible afin d'éviter d'inhaler l'air aux hauts niveaux de monoxyde de carbone. Oksana Moukhina dit n'avoir jamais vécu des feux de cette ampleur. "Il a plu un peu au cours des trois derniers jours, alors nous pouvons enfin respirer un peu", dit cette Russe de 37 ans.

Mais les incendies s'étendent, et une partie de la presse s'interroge: pourquoi la situation n'est-elle toujours pas maîtrisée plus d'un mois après ? Interrogée par l'AFP, la porte-parole de l'antenne bouriate du ministère russe des Situations d'urgence, Radna Podprouguina, incrimine l'arrivée d'une vague de chaleur couplée à des vents puissants. Et refuse d'avancer une date pour leur maîtrise, contrairement au ministre russe des Situations d'urgence Vladimir Poutchkov qui avait promis à la mi-août que les incendies seraient éteints en quelques jours.

Environ 2.500 personnes combattent les feux de forêts alors que la Sibérie et l'Extrême-Orient russe, également touché par des incendies, ont connu cet été des températures anormalement élevées.

Ces incendies ont été provoqués par plusieurs facteurs, estime la porte-parole du service forestier de Bouriatie, Alexandra Iegorieva. Si le temps sec et chaud est à mettre en cause, les feux sont aussi le résultat du manque de respect des règles anti-incendie mises en place par les autorités. Certains fermiers de la région brûlent ainsi leurs déchets naturels au milieu de champs, provoquant le début d'incendies incontrôlables. En avril, 34 personnes sont mortes dans le sud de la Sibérie à cause de feux de forêts a priori provoqués par des fermiers imprudents. Des centaines de personnes s'étaient retrouvées sans toit.

'Attendre la pluie'

Pour Grigori Kouksine, à la tête du programme de lutte contre les incendies pour le bureau russe de Greenpeace, les feux se sont notamment étendus parce que les autorités locales et municipales n'ont pas réagi assez rapidement. "Elles n'ont pas réagi lorsque les feux pouvaient encore être éteints", explique-t-il à l'AFP. Que ce soit au niveau local ou fédéral, les pouvoirs publics "auraient pu intervenir il y a un mois ou deux, quand les feux ont commencé".

"Afin de pouvoir dire au gouvernement fédéral que la situation était sous contrôle, les autorités en Bouriatie et dans la région d'Irkoutsk (qui longe la rive occidentale du lac Baïkal, ndlr) ont sciemment tronqué à la baisse les statistiques des zones touchées par les incendies", accuse le militant. "Tout ce que nous pouvons faire, c'est attendre la pluie et protéger les populations", soupire-t-il.

En 2013, le président russe Vladimir Poutine avait reproché aux autorités régionales de négliger les mesures anti-incendies fédérales. Il avait également fustigé "le dogmatisme et la corruption" dans le secteur forestier et demandé sa restructuration. La Russie avait déjà été frappée à l'été 2010 par des incendies de forêt gigantesques provoqués par une chaleur sans précédent, notamment dans sa partie européenne, et 11.000 décès supplémentaires avaient été enregistrés à Moscou en deux mois en raison de la fumée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires