La sécurité mise en cause lors du déraillement du train en Espagne

20/08/13 à 16:34 - Mise à jour à 16:34

Source: Le Vif

Le juge chargé de l'enquête sur l'accident de train qui a fait 79 morts le 24 juillet en Espagne, a décidé mardi de mettre en examen "la ou les personnes d'Adif", gestionnaire du réseau ferré espagnol, responsables de la sécurité des voies.

La sécurité mise en cause lors du déraillement du train en Espagne

© IMAGEGLOBE

"Le conducteur est certainement le responsable de conduire et guider le train (...), mais il était clairement prévisible qu'un moment d'inattention pouvait provoquer un accident avec un haut risque pour les vies et l'intégrité des passagers", souligne le juge.

Selon lui, il faut donc chercher à savoir s'il existe "de possibles faits reprochables" aux opérateurs qui doivent garantir la sécurité et qui n'auraient peut-être pas fourni suffisamment d'informations sur les voies.

Or, selon lui, "il y a eu une omission de mesures élémentaires de ceux qui ont pour mission de garantir la sécurité de la circulation ferroviaire sur cette ligne, constitutive d'une imprudence punissable", estimant que la signalisation était insuffisante.

Le juge a décidé "d'entendre en tant que mis en examen la ou les personnes d'Adif responsables de la sécurité de la circulation de la ligne ferroviaire qui relie les stations d'Orense et de Saint-Jacques de Compostelle".

Le train a déraillé à 179 km/h sur un tronçon où il devait rouler à 80 km/h, alors que le conducteur venait de terminer une communication téléphonique avec le contrôleur du train.

Le conducteur du train a été mis en examen pour 79 homicides par imprudence. L'Adif ainsi que la compagnie ferroviaire publique Renfe ont rejeté toute faute et affirmé que toutes les procédures avaient été respectées.

En savoir plus sur:

Nos partenaires