La Russie prête à discuter pour éviter des incidents dans le ciel syrien

06/10/15 à 20:13 - Mise à jour à 21:45

Source: Belga

La Russie a fait savoir de manière informelle qu'elle était prête à faire des efforts pour éviter d'éventuels incidents dans le ciel syrien entre pilotes russes et américains, ont indiqué mardi des responsables du Pentagone.

La Russie prête à discuter pour éviter des incidents dans le ciel syrien

Vue aérienne des frappes russes en Syrie. © AFP

L'un d'entre eux, s'exprimant lors d'une tournée européenne du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a précisé que Moscou avait fait savoir qu'elle était prête à mettre en oeuvre les engagements pris lors d'une première session de négociations.

Ces engagements comprennent le choix de la langue et de la fréquence radio utilisées par les pilotes, ainsi que celui de l'altitude à laquelle les appareils vont effectuer ces missions, a indiqué cette source sous couvert d'anonymat.

Des responsables américains et russes ont discuté la semaine dernière, à la demande de la Russie, des moyens d'éviter tout incident potentiel dans le ciel syrien à l'occasion des missions menées par les deux pays, en prévoyant qu'elles n'aient pas lieu au même endroit et en même temps.

Le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a déclaré que Washington prenait note de cette bonne volonté russe et attendait désormais une réponse formelle de la part des autorités à Moscou.

Ces discussions russo-américaines ont débuté peu après la décision russe de lancer à son tour des missions aériennes en Syrie. Mais en dépit de violations de l'espace aérien turc par l'aviation russe et de l'insistance des Etats-Unis, Moscou a refusé de les poursuivre.

"Nous attendons les Russes. Ils nous doivent une réponse", a déclaré mardi M. Carter depuis la base aérienne américano-espagnole de Moron de la Frontera.

Le secrétaire à la Défense s'est ensuite rendu à la base américano-italienne de Sigonella, en Sicile. Il est attendu jeudi à Bruxelles pour une réunion ministérielle à l'Otan.

En savoir plus sur:

Nos partenaires