La police à la recherche de "petits papiers" chez Liliane Bettencourt

01/09/10 à 12:46 - Mise à jour à 12:46

Source: Le Vif

Les policiers inspectent ce mercredi le domicile de la milliardaire à Neuilly-sur-Seine, selon lemonde.fr.

La police à la recherche de "petits papiers" chez Liliane Bettencourt

© EPA

Nouveau rebondissement dans l'affaire Bettencourt, au lendemain des révélations de L'Express. Une perquisition est en cours ce mercredi 1er septembre au domicile de Liliane Bettencourt, en son absence, révèle lemonde.fr. Elle est menée par la juge Isabelle Prévost-Desprez, chargée d'un supplément d'information sur les soupçons d'abus de faiblesse à l'encontre de la milliardaire à la suite de la révélation des enregistrements clandestins de conversations chez Liliane Bettencourt.

La perquisition doit servir à vérifier sur des oeuvres d'art ont été retirées du domicile de Liliane Bettencourt par Jean-Marie Banier ou d'autres proches de la milliardaire, indique lemonde.fr.

Il s'agirait également d'éclaircir l'énigme des "bouts de papier", révélés par Dominique Gaspard, femme de chambre de Liliane Bettencourt de 1991 à 2008. Elle a expliqué lors de son audition en juillet que François Marie-Banier et Patrice de Maistre rédigeaient des notes à l'attention de la milliardaire, afin qu'elle les apprenne par coeur avant des rendez-vous importants.

L'avocat de Liliane Bettencourt "scandalisé"


L'avocat de Liliane Bettencourt, Me Georges Kiejman, a indiqué qu'il n'avait "pas été informé de cette perquisition". "Je suis scandalisé, mais pas étonné, connaissant les façons de procéder d'Isabelle Prévost-Desprez, dont j'ai déjà dénoncé la partialité", a-t-il ajouté, précisant que sa cliente "est à l'étranger".

"Je suis d'autant plus choqué, a poursuivi l'avocat, que le 14 septembre, la cour d'appel de Versailles doit rendre sa décision sur ma demande d'annulation" du supplément d'information en vertu duquel enquête Isabelle Prévost-Desprez. "Je me demande comment la cour va réagir à cette perquisition", s'est interrogé Me Kiejman. "Je trouve tout cela d'une brutalité inouïe et je réfléchis aux moyens de faire sanctionner" Isabelle Prévost-Desprez, a-t-il conclu.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires