"La Libye ne va pas se stabiliser avant cinq ou six ans"

20/10/15 à 12:49 - Mise à jour à 12:49

Source: Le Vif/l'express

Malgré la récente annonce d'un accord politique, la Libye reste plongée dans l'anarchie et la violence depuis la chute de Kadhafi. Avec, en prime, le risque de contagion au-delà de ses frontières. Décryptage avec Moncef Ouannès, professeur à l'Université de Tunis.

Depuis plus d'un an, une guerre de leadership oppose deux gouvernements rivaux en Libye : l'un reconnu par les Occidentaux et basé à Tobrouk (est du pays) et l'autre soutenu par un conglomérat de milices, dont certaines islamistes, siégeant dans la capitale, Tripoli. Les deux parties ont chacune leur parlement. Au terme de négociations menées au Maroc, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Bernardino Leon, a annoncé le 8 octobre la formation d'un gouvernement d'union nationale. Mais sa composition suscite déjà la contestation. En attendant, le pays reste plongé dans le chaos. Quelles sont les rapports de force actuels ? Entretien avec le professeur de sociologie Moncef Ouannès, de l'Université de Tunis, auteur de Militaires, élites dans la modernisation de la Libye contemporaine (L'Harmattan, 2009) et de Révolte et reconstruction en Libye (L'Harmattan, 2014), et l'un des rares spécialistes de ce pays méconnu.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires