La Libye aurait donné son accord pour financer la campagne de Sarkozy en 2007

28/04/12 à 17:04 - Mise à jour à 17:04

Source: Le Vif

Mediapart publie une note officielle du régime libyen datée de fin 2006. Selon le site d'informations, ce document évoque un "accord de principe" de Tripoli pour "appuyer" la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de "50 millions d'euros".

La Libye aurait donné son accord pour financer la campagne de Sarkozy en 2007

© Reuters

Mediapart publie ce samedi un document qui "prouve" que le régime du colonel Mouammar Kadhafi aurait accepté fin 2006 de participer au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une accusation que le site d'informations avait déjà formulée. Le 12 mars, Nicolas Sarkozy avait répliqué en qualifiant de "grotesque" un éventuel financement de sa campagne présidentielle de 2007 par Mouammar Kadhafi.

50 millions d'euros ?

Mediapart avait aussi évoqué la somme de 50 millions d'euros visant à "appuyer la campagne électorale" du candidat UMP. Le site confirme ce montant, cité dans le document rendu public ce samedi.

Cette note officielle du régime libyen datée du 10 décembre 2006 est "issue des archives des services secrets" libyens et aurait été communiquée à Mediapart "ces tout derniers jours" par "d'anciens hauts responsables du pays, aujourd'hui dans la clandestinité" après la chute du régime libyen en 2011.

Une "affaire d'Etat" selon Ziad Takieddine

Traduite par les soins du site, cette note en arabe est signée par l'ancien chef des renseignements extérieurs de la Libye, Moussa Koussa, qui "autorise le directeur de cabinet de Kadhafi, Béchir Saleh, à entreprendre les versements secrets". Moussa Koussa "évoque dans ce document des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l'intermédiaire Ziad Takieddine", personnage-clé de l'enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi, écrit Mediapart.
"Ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat, que ces 50 millions d'euros aient été versés ou non", commente l'homme d'affaires Ziad Takieddine - de nouveau mis en examen dans le cadre de l'affaire Karachi cette semaine - qui "n'a pas contesté son authenticité", selon Mediapart.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires