La "Japan mania" supplantée par la culture coréenne ?

17/12/15 à 15:48 - Mise à jour à 15:36

Source: Slate

Dans les années 2000, le Japon est devenu une superpuissance culturelle. La situation risque aujourd'hui de changer, faute de volontarisme politique, rapporte Slate.

La "Japan mania" supplantée par la culture coréenne ?

Image d'illustration © iStock

En Europe dans les années 2000, la Japan Mania est omniprésente dans la culture. Des films d'animation aux Pokémon, en passant par les mangas et les sushis, le Japon est devenu une puissance culturelle importante et réussit à s'imposer en Europe. Mais 15 ans après le phénomène, est-ce toujours le cas? Ou le Japon a-t-il été supplanté par la culture coréenne? Explications.

Dès le 19ème siècle, le Japon a commencé à fasciner l'Occident. C'est le début du japonisme et de l'influence des artistes japonais sur les artistes européens comme Van Gogh. Des auteurs célèbres comme Yukio Mishima ou Yasunari Kawabata ont fait connaitre la littérature japonaise. Le cinéma nippon devient également apprécié, grâce à des réalisateurs comme Akira Kurosawa ou Kenji Mizoguchi. Pourtant, il faut attendre la fin du 20ème siècle pour qu'une véritable passion pour la culture japonaise se développe. La Japan Mania débute dans les années 1980, quand le pays passe de l'exportation de hardware (walkman, magnétoscope) à l'exportation de dessins animés comme Dragon Ball ou Goldorak.

Pourtant, le phénomène qui touche principalement les jeunes a du mal à se répandre. Mais l'exportation du manga en Europe va lui donner un second souffle. Début des années 2000, le succès des films de Hayao Miyazaki (Le Voyage de Chihiro) confirme le phénomène. En 2005, l'expression "cool Japan" apparait. Cette expression fait référence à l'attrait que le Japon suscite dans le monde à travers sa culture populaire (mode, manga, film, ...).

Image d'illustration

Image d'illustration © REUTERS

Puissance économique en déclin

Ce tel développement culturel japonais s'explique par sa puissance économique en déclin. Les difficultés économiques que connait le Japon expliquent le déploiement de sa stratégie dans le domaine culturel. En exportant massivement sa culture, le pays espère des retombées économiques et politiques. Malheureusement, le Japon a identifié avec retard cette source de revenu. Le Ministère de l'Economie a mis du temps avant de se rendre compte du potentiel financier du secteur de la culture. Une fois cette réalité acceptée, la stratégie a consisté en l'exportation massive des produits culturels en vogue, pour faire émerger un intérêt pour des domaines à plus forte valeur ajoutée, comme la mode ou l'art contemporain. Au départ, le Japon serait donc devenu une superpuissance culturelle sans le vouloir, d'après Slate.

En Corée

Alors que le Japon a été pendant longtemps un modèle en Asie avec ses séries et sa musique, c'est aujourd'hui la culture sud-coréenne qui connait un succès grandissant. Notamment au Japon. Ce sont principalement la musique et les séries coréennes qui connaissent un grand succès. C'est sans doute lié à la qualité des scénarios, qui ne décrivent plus uniquement des problèmes sentimentaux mais développent plutôt d'autres thématiques (comme les relations familiales) avec beaucoup de réalisme.

Aujourd'hui, certains films coréens concurrencent même les films internationaux. Le problème qui se pose au Japon est la faible exportation du cinéma nippon. A part quelques réalisateurs célèbres, le cinéma de l'archipel n'est pas fort connu en Europe. A la différence d'autres pays, le Japon n'a pas jugé bon d'investir dans le cinéma. Car cet art est considéré comme étant de moindre qualité par rapport au théâtre traditionnel, selon Slate.

De plus, cette vision du "Cool Japan" ne plait pas forcément aux japonais. Car leur culture est souvent réduite à ses aspects les plus fantaisistes ou extravagants. Selon un sondage réalisé par la chaine de télévision NHK, ce qui les étrangers trouvent le plus cool au Japon est la toilette high-tech japonaise. De quoi décevoir les japonais.

E.D

En savoir plus sur:

Nos partenaires