"La guerre en Ukraine doit encore commencer"

09/05/14 à 14:28 - Mise à jour à 14:28

Source: Le Vif

Le Belge Daniel Demoustier, caméraman pour ITV News, se trouve en Ukraine depuis quelques semaines. Il a interviewé la mère d'un garçon décédé dans l'incendie d'un immeuble et a vu l'armée tirer sur des citoyens désarmés. "Quel que soit le résultat du référendum, il fait peu de doute que la guerre doit encore commencer".

"La guerre en Ukraine doit encore commencer"

© Reuters

Le "Donbas People's Republic" fait le bras d'honneur au président russe Vladimir Poutine. Le groupement n'accepte pas sa proposition de reporter le référendum, qui porte sur le statut indépendant de l'Ukraine de l'Est. Cela signifie que rien ne change pour l'instant, et que la plupart des bâtiments d'état resteront occupés. Et c'est également la raison pour laquelle Kiev ne retirera probablement pas ses troupes d'une région touchée depuis des semaines par le chaos, la violence et surtout l'incertitude.

Minijupes et talon hauts à Donetsk

Il fait délicieux à Donetsk. Des pères jouent paisiblement avec leurs enfants dans les plaines de jeux d'aspect soviétique. Les femmes flânent en talons hauts et minijupes sur le Boulevard pendant que je savoure une Stella bien fraîche sur une terrasse. Tout est presque normal .

Sauf qu'on entend les discours de militants prorusses résonner dans les haut-parleurs. Depuis le 14 avril, ils occupent un bâtiment du gouvernement, d'où ils annoncent que le référendum planifié aura lieu malgré l'avis négatif de Poutine.

Personne ne sait ce qui se passera ensuite. À présent, il semble en effet que la Russie n'exerce aucune influence sur les événements en Ukraine de l'Est. En d'autres termes, la balle se trouve à nouveau dans le camp de Kiev.

Slaviansk et les dizaines de checkpoints Plus tôt, je m'étais rendu à Slaviansk pour la énième fois. Des dizaines de checkpoints avec des hommes à l'air dangereux, masqués et armés qui rendent l'entreprise hasardeuse. La semaine passée, mes collègues de Sky news et CBS ont été extirpés de leurs voitures, on leur a bandé les yeux et ils ont été brutalement interrogés pendant des heures dans un bunker de la ville d'Horlivka. Tout a eu lieu très professionnellement. Détail amusant : l'homme russe chargé de la sécurité de Sky News a reconnu l'un des membres de la milice : ils avaient servi dans la même division de l'armée russe. Say no more...

Le soir, on s'est demandé en riant comment éviter ce genre de situations. Il n'y a pas moyen, car il n'y a pas d'autre option. Pour se rendre sur les lieux du conflit, le seul moyen est d'aller en voiture et d'espérer passer les checkpoints sans encombre.

Beaucoup de choses ont changé cette dernière semaine. Lorsque le gouvernement de Kiev a décidé d'envoyer des hélicoptères et des tanks dans le cadre de leur action antiterroriste, l'ambiance s'est dégradée et souvent nous avons dû faire des détours de centaines de kilomètres pour arriver sur place. Comme à Slaviansk, le centre de l'opposition anti-Kiev.

La guerre des médias et de la propagande La ville est maintenant cernée par l'armée ukrainienne. Les derniers jours il y a régulièrement de lourds combats qui ont fait plusieurs morts. J'ai filmé un enterrement de quatre rebelles durant lequel les cercueils ont été emportés sous les applaudissements de centaines de personnes. Les gens criaient "Spasiba" (merci) et "Référendum maintenant". Les émotions sont à leur comble et des femmes me supplient de "raconter la vérité".

Ce n'est pas une guerre conventionnelle, c'est une pure guerre des médias et de la propagande. Ici, les gens ne regardent que la télévision russe et sont profondément convaincus que les "fascistes" de Kiev vont envahir l'Ukraine de l'Est. Cependant, les médias ukrainiens aussi ne parlent que de "terroristes" armés, alors que la plupart des gens sont seulement très inquiets de leur avenir. Julia, une mère célibataire, m'a raconté qu'elle travaille dans une usine qui exporte uniquement vers la Russie et qu'elle a terriblement peur de perdre son emploi si cette situation prend fin.

Kiev n'a plus d'autorité ici

On sent clairement une différence culturelle marquée entre l'est et l'ouest du pays. À l'est, la plupart des gens ne parlent que le russe et n'ont aucun lien avec l'ouest.

Il y a deux semaines, Donetsk a vu défiler une centaine de courageux manifestants pro-ukrainiens équipés de drapeaux bleus et jaunes. Ils ont été brutalement tabassés par de jeunes hommes masqués. La police, pourtant massivement présente, n'a strictement rien fait pour mettre fin à la violence. Mon fixeur, qui se trouvait juste derrière moi, s'est retrouvé à l'hôpital après avoir été touché par des pierres.

Ces faits prouvent que Kiev n'a aucune autorité à l'est. La police, l'état et les habitants ne désirent qu'une seule chose : l'indépendance. Avec la Russie ou à la rigueur, seuls.

Mort atroce à Odessa

Le 2 mai a eu lieu un drame que personne n'avait prévu. La magnifique et très pro-ukrainienne Odessa a été surprise par de violentes rixes entre les manifestants pro et anti-Kiev. Comme tous les médias occidentaux se trouvent à Donetsk, personne n'est arrivé à temps pour y faire un rapport indépendant. Mais les images parlaient d'elles-mêmes. Les manifestants prorusses ont été refoulés vers un grand immeuble mitraillé de cocktails Molotov avant de prendre feu. Plus de 30 personnes y ont trouvé une mort atroce. Toute la ville était sous le choc.

Le lendemain, j'ai pu filmer dans le bâtiment. On retirait encore les corps brûlés et j'ai été accablé par l'horreur qui a dû y avoir lieu. Les murs noircis par le feu conservent les histoires terribles de jeunes aveuglés par la fumée qui n'ont pas trouvé d'issue et sont morts atrocement. Nous avons interviewé Tatiana, la mère d'un garçon de 17 ans qui a sauté par la fenêtre et n'a pas survécu. En pleurant, elle nous a raconté qu'il s'agissait d'un garçon ordinaire, qui ne voulait de mal à personne.

Entre-temps, des jours mouvementés nous attendent. À Marioupol, nous avons vu l'armée tirer sur des citoyens désarmés. Maintenant, il faut attendre le résultat du référendum.

Je ne pense pas que cela fasse beaucoup de doute. La guerre doit encore commencer.

Daniel Demoustier

En savoir plus sur:

Nos partenaires