La grippe aviaire détectée dans trois nouveaux élevages de volailles aux Pays-Bas

21/11/14 à 18:15 - Mise à jour à 18:15

Source: Belga

Le virus de la grippe aviaire a été détecté vendredi dans trois nouveaux élevages de volailles aux Pays-Bas, ont annoncé les autorités, précisant toutefois ne pas savoir s'il s'agissait à nouveau d'une variante "hautement pathogène".

La grippe aviaire détectée dans trois nouveaux élevages de volailles aux Pays-Bas

© REUTERS

Le ministère des Affaires économiques a en outre confirmé que la souche du virus trouvée jeudi dans une deuxième exploitation, à Ter Aar, dans le centre du pays, était la souche H5N8, soit la même que celle détectée non loin de là le week-end passé dans une première exploitation néerlandaise, à Hekendorp.

La souche H5N8, "hautement pathogène" pour les animaux mais qui représente un risque très faible pour l'homme, avait été détectée pour la première fois en Europe début novembre dans un élevage de dindes en Allemagne.

Jusque-là limitée à l'Asie, la souche H5N8, portée par des oiseaux migrateurs, a depuis été également détectée aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne dans une exploitation située dans le Yorkshire, dans le nord de l'Angleterre.

Après avoir détecté la souche H5N8 du virus à Hekendorp ce week-end et à Ter Aar jeudi, les autorités ont détecté le virus de la grippe aviaire vendredi matin dans une troisième exploitation, située à Kamperveen, à quelque 100 kilomètres de Hekendorp et Ter Aar.

Dans l'après-midi, le ministère des Affaires économiques a indiqué que des symptômes "correspondant à ceux de la grippe aviaire" avaient été constatés dans deux autres élevages de Kamperveen.

Les volailles de ces trois exploitations seront tuées et les fermes désinfectées par les autorités sanitaires.

La variante détectée à Kamperveen est de type H5, mais le ministère n'est pas en mesure de dire s'il s'agit d'une souche "peu pathogène ou hautement pathogène". Cette variante est différente du H5N1 qui, entre 2003 et 2014, a fait, principalement en Asie, 393 victimes humaines sur 668 cas recensés, soit près de 60% de cas mortels, selon les décomptes de l'OMS.

En savoir plus sur:

Nos partenaires