La Grèce a un pistolet sur la tempe

11/02/17 à 13:44 - Mise à jour à 19:59

Source: Le Vif/l'express

Les négociations menées hier entre la Grèce et ses créanciers n'ont pas abouti. Un simple report, histoire de ne pas perdre la face pour Syriza. Mais Alexis Tsipras n'aura pas le choix tôt ou tard de céder. On en est là, tant les capacités financières manquent dans le pays.

"Nous avons un pistolet sur la tempe" expliquait hier Evangelos Apostolou, ministre grec du Développement rural, entre une visite d'une délégation belge dans son bureau athénien et une manifestation d'agriculteurs en colère. "Cette rencontre, ce n'est pas un choix, c'est marche ou crève", avouait l'homme, désabusé entre ses trois gardes du corps, avant le départ du premier ministre grec Alexis Tsipras pour Bruxelles.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires