La France, candidate à la tête de l'Unesco, "regrette" le retrait américain

12/10/17 à 18:24 - Mise à jour à 18:24

Source: Afp

La France, qui abrite à Paris le siège de l'Unesco et brigue la tête de l'organisation, a "regretté" jeudi le retrait américain et estimé que cette décision donnait "une signification nouvelle" à la candidature française.

La France, candidate à la tête de l'Unesco, "regrette" le retrait américain

Audrey Azoulay. © Reuters

"Nous regrettons la décision américaine de se retirer de l'Unesco dans une période où le soutien de la communauté internationale à cette organisation est primordial", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Agnès Romatet-Espagne.

"Notre candidature à la direction générale de l'Organisation prend, dans ces circonstances, une signification nouvelle", a-t-elle ajouté.

L'Unesco "a plus que jamais besoin d'un projet dans lequel tous les Etats membres puissent se retrouver, qui rétablisse la confiance et dépasse les clivages politiques", a-t-elle dit.

Les États-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l'Unesco, l'accusant d'être anti-israélienne, au moment même où l'institution, en perte de vitesse et à la recherche d'un second souffle, s'apprête à élire son prochain directeur général.

La Française Audrey Azoulay, 45 ans, ancienne ministre de la Culture, est candidate. Lors du dernier tour de scrutin mercredi, elle est arrivée en tête à égalité avec le candidat qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari.

Les 58 pays membres du conseil exécutif désigneront jeudi soir deux finalistes, voire le prochain leader de l'organisation qui remplacera la Bulgare Irina Bokova.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos