La France bombarde le fief de l'EI en Syrie qui a revendiqué les attentats

16/11/15 à 07:02 - Mise à jour à 08:56

Source: Belga

Paris a bombardé massivement dimanche un fief en Syrie du groupe État islamique (EI), qui a revendiqué les attentats de vendredi dans la capitale française, les plus meurtriers jamais commis dans le pays, alors que l'enquête progressait avec l'identification de trois des sept kamikazes.

La France bombarde le fief de l'EI en Syrie qui a revendiqué les attentats

© Belga

La France va tenter de reprendre lundi le cours normal de son quotidien, au sortir d'un week-end de sidération après les attaques qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés, au Stade de France, à la salle de concert du Bataclan et dans plusieurs bars et restaurants parisiens.

Deux moments forts marqueront la journée: une minute de silence à midi et une allocution dans l'après-midi de François Hollande devant Sénat et Assemblée nationale réunis en Congrès à Versailles.

Un camp d'entraînement et des dépôts d'armes détruits

Dimanche soir, dix chasseurs-bombardiers français ont largué vingt bombes sur le fief de l'EI à Raqqa, dans le nord de la Syrie, détruisant un poste de commandement et un camp d'entraînement, selon le ministère de la Défense.

Une série de raids probablement menés par des avions français ont détruit dimanche soir un camp d'entraînement et des dépôts d'armes à Raqa, fief du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a pour sa part rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)

"Il y a eu au moins 36 explosions dans la nuit à Raqa, certaines causées par des frappes aériennes, d'autres par des explosifs", a indiqué lundi à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

"Les explosions ont secoué la cité entière. Il y a eu des raids au nord et au sud de Raqa", a ajouté M. Abdel Rahmane, selon qui ces explosions pourraient provenir des raids lancés par des avions de combat français.

Parmi les cibles visés, l'OSDH a cité la "brigade 17", un camp d'entraînement incluant des dépôts d'armes. Le directeur de l'OSDH n'était pas en mesure de fournir un bilan dans l'immédiat.

L'EI a revendiqué samedi la vague d'attentats de vendredi soir à Paris, qui ont fait au moins 129 morts et plus de 350 blessés.

Douze appareils, dont dix chasseurs, ont été engagés simultanément à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie. La France dispose respectivement de six Rafale et six Mirage 2000 dans ces deux pays.

Le président français François Hollande avait averti samedi que son pays serait "impitoyable" sur tous les terrains, intérieur et extérieur, après les attentats qu'il a qualifiés "d'acte de guerre".

La France, qui participe depuis un an à la coalition internationale contre l'EI en Irak, a décidé en septembre d'élargir ses opérations à la Syrie.

Deux nouveaux terroristes identifiés

Du côté de l'enquête, les investigations ont déjà permis de mettre un nom sur trois des sept kamikazes. Outre un premier assaillant identifié dès samedi, "deux nouveaux terroristes (...) ont aujourd'hui été formellement identifiés", grâce à leurs "empreintes papillaires", a annoncé le parquet. Tous deux, résidant en Belgique, sont de nationalité française.

Parmi les nombreux actes d'enquête, une perquisition, dont le résultat n'était pas connu dans la nuit, a été menée dimanche soir à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a évoqué dimanche, à la suite d'une rencontre avec son homologue belge, des attentats "préparés à l'étranger", ayant "mobilisé une équipe d'acteurs situés sur le territoire belge et qui ont pu bénéficier (...) de complicités en France". Sept personnes au total ont été interpellées en Belgique.

Parmi les deux nouveaux kamikazes identifiés, l'un, Bilal Hadfi, 30 ans, est un des trois hommes qui se sont fait sauter au Stade de France. L'autre, Brahim Abdeslam, 31 ans, s'est fait exploser boulevard Voltaire, sans faire de victimes. Ce dernier fait partie d'une fratrie sur laquelle se concentrent les enquêteurs: un de ses frères, Mohamed, a été placé en garde à vue en Belgique. Les services antiterroristes sont sans nouvelle d'un troisième, Salah, qui pourrait être lui aussi un des kamikazes ou en fuite, selon des sources proches du dossier. La justice belge a émis un mandat d'arrêt international et la police française a lancé un appel à témoin à l'encontre de cet "individu dangereux". Salah a été identifié comme ayant loué une Polo noire immatriculée en Belgique et retrouvée garée devant le Bataclan, où s'est déroulée une prise d'otage sanglante menée par trois kamikazes, avec au moins 89 morts.

Brahim a de son côté loué une Seat noire, également immatriculée en Belgique et retrouvée à Montreuil, en proche banlieue parisienne, avec à son bord trois kalachnikov, 11 chargeurs vides et 5 pleins.

L'identité d'un premier kamikaze avait déjà été rendue publique: un Français de 29 ans, Omar Ismaïl Mostefaï, qui a participé à l'attaque du Bataclan. Né à Courcouronnes (Essonne), il était fiché pour sa radicalisation islamiste, mais n'avait "jamais été impliqué" dans un dossier terroriste, selon le procureur de Paris François Molins. Il fréquentait la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir), selon une source proche de l'enquête. Le président de cette mosquée a assuré qu'il ne le "connaissait pas". "Il s'est radicalisé à Chartres", où la police l'a "repéré" en 2010, a dit le maire de la ville Jean-Pierre Gorges. Condamné pour des délits de droit commun, mais jamais emprisonné, il a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé au Bataclan. Sept membres de son entourage familial ont été placés en garde à vue.

Faux passeport ?

Les enquêteurs ont par ailleurs trouvé, près du corps d'un des kamikazes du Stade de France, un passeport syrien, au nom d'Ahmad al Mohammad, 25 ans, un migrant enregistré en Grèce, selon Athènes. Mais selon une source française, il n'est pas établi que le titulaire du passeport figurait parmi les kamikazes. Une autre source évoque l'hypothèse d'un faux passeport. Deux jours après les attentats, les Français prenaient peu à peu connaissance du nom de ceux qui ont été tués. "Il y a 103 corps identifiés", a annoncé dimanche matin le Premier ministre Manuel Valls. La police a demandé de ne pas diffuser d'images des scènes des attentats, "par respect pour les victimes et leurs familles", après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une photo qui aurait été prise au Bataclan, montrant une trentaine de corps ensanglantés.

Manuel Valls, qui s'est rendu dimanche auprès de familles de victimes et des forces de l'ordre, a défendu une "union sacrée" et tendu une main à l'opposition, assurant que l'exécutif serait "très attentif" à ses propositions. Main saisie par Marine Le Pen à l'issue d'une rencontre à l'Élysée, qui a toutefois demandé des "décisions fermes". Elle a été reçue, comme les autres chefs de parti, les présidents de l'Assemblée et du Sénat, par François Hollande.

Premier à être reçu, Nicolas Sarkozy a demandé "des modifications drastiques de notre politique de sécurité", avec bracelets électroniques et mise en résidence surveillée pour toutes les personnes fichées comme radicalisées, ainsi qu'une "nouvelle politique de l'immigration" au niveau européen.

Dimanche, premier des trois jours de deuil national, a été placée sous le signe du recueillement. Les cathédrales ont sonné le glas, une messe a eu lieu à Notre-Dame, ainsi que des prières à la Grande synagogue de la Victoire à Paris. Ces cérémonies, comme l'atmosphère dans Paris, réveillent le douloureux souvenir des attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts en janvier.

Dimanche, les alentours du Bataclan étaient toujours bouclés. Une foule nombreuse s'est recueillie devant les sites touchés. Quelque 3.000 personnes se sont réunies place de la République, malgré l'interdiction de rassemblement. En début de soirée, des rumeurs de tirs y ont provoqué un mouvement de panique.

Les témoignages de solidarité se sont poursuivis dans le monde entier, avec manifestations ou monuments illuminés aux couleurs de la France.

En savoir plus sur:

Nos partenaires