La "fin du monde", c'est aujourd'hui!

21/12/12 à 08:15 - Mise à jour à 08:15

Source: Le Vif

Certains Terriens restent persuadés que ce vendredi 21 décembre verra la destruction de notre planète, une prophétie alimentée par la fin d'une ère du calendrier maya, d'autres affrontent ce "dernier jour" avec flegme et humour. Le point sur la situation dans le monde.

La "fin du monde", c'est aujourd'hui!

© Reuters

L'Australie est un des premiers pays à avoir vu le soleil se lever ce 21 décembre. La page Facebook du Bureau de tourisme australien a été bombardée de messages demandant si l'île-continent comptait encore des survivants. "Oui, nous sommes vivants!", a répondu l'organisation.

Le réseau de micro-blogs Twitter bruissait lui aussi de commentaires sur la fin du monde, pas vraiment angoissés. "Nouvelle importante: la fin du monde a été repoussée jusqu'à ce que Liverpool gagne la Premier Ligue. Ça va, on est tranquille", a écrit Mario Balotelli, le joueur de Manchester City, un tweet renvoyé des milliers de fois.

Mais il y en a quand même qui prennent la nouvelle avec plus ou moins de sérieux. Sur le réseau social, des tweets mentionnent l'apparition de "plusieurs ovnis" au-dessus de la Californie. 33 écoles de l'état du Michigan ont été fermées car elles craignent que les rumeurs d'apocalypse ne créent la panique parmi leurs écoliers. A Atlanta, aux Etats-Unis, le CDC, le centre de contrôle et de prévention des maladies, a lancé un plan de préparation en cas d'attaque de zombies.

Certains préfèrent prendre leurs précautions. Aux Pays-Bas, un homme se prépare à vivre un éventuel déluge et a mis la dernière main à un bateau de survie pouvant accueillir 50 personnes, rapportait jeudi la presse néerlandaise. "Les Mayas n'étaient pas fous, et si on regarde également les prophéties bibliques, les montagnes vont fondre comme de la cire", a assuré Pieter Frank van der Meer au quotidien Volkskrant.

Dans le petit village turc de Sirince, qui doit survivre à l'Apocalypse en raison de "fluides positifs" selon des millénaristes, les centaines de reporters en quête de personnes venues fuir ici le jour du jugement dernier étaient plus nombreux que la population (570 habitants).

Mais en dehors de l'agitation médiatique et de quelque 500 gendarmes déployés par précaution, le calme régnait sur la bourgade aux vieilles maisons grecques rénovées avec goût, située à quelques km de la mer Egée.

Pas d'afflux à Bugarach

En France, à Bugarach, un village du sud-ouest censé lui aussi échapper à la destruction finale, les autorités ont refoulé jeudi une poignée de personnes qui tentaient de se rendre sur le pic. Mais jusqu'à vendredi, les autorités n'ont pas noté dans la région d'afflux particulier de mystiques ou d'illuminés.

Les accès au pic et à ses grottes sont barrés, les accès au village sont filtrés, les raves parties, la chasse et le survol de la montagne sont interdits, une centaine de gendarmes sont mobilisés sur le dispositif.

15 à 20 000 visiteurs sur le site de Chichen Itzá au Mexique

L'Amérique centrale, coeur de la civilisation maya, se prépare depuis des semaines non pas à la fin du monde mais au passage à une nouvelle ère. Chichen Itzá, un des sites archéologiques les plus représentatifs de la culture maya, dans le sud-est du Mexique, se prépare à recevoir entre 15 000 et 20 000 visiteurs ce vendredi, selon ses responsables. Mais "ce sera un jour de visite normal, aux horaires habituels", a indiqué un porte-parole de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire.

L'Institut se dit néanmoins conscient que Chichen Itzá et sa majestueuse pyramide de Kukulkán vont attirer une affluence comparable aux célébrations de l'équinoxe, lorsque d'importantes foules viennent guetter le jeu des premiers rayons du printemps sur les constructions de pierre millénaires.

Une grande affluence est prévue sur d'autres sites archéologiques du sud-est du Mexique, du Guatemala, du Salvador et du Honduras, en pays maya.

Les bons conseils de la NASA

L'agence spatiale américaine, la NASA, a été contactée par des milliers de personnes demandant la conduite à tenir en cas d'apocalypse.
Sur une page internet destinée à mettre en pièces ces soi-disant prophéties, la NASA rassure les Terriens. "Notre planète se débrouille bien depuis plus de quatre milliards d'années, et des scientifiques crédibles de par le monde assurent qu'il n'y a aucune menace associée à 2012", indique la NASA.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires