" La fin d'un chapitre long et douloureux pour le peuple libyen "

20/10/11 à 21:15 - Mise à jour à 21:15

Source: Le Vif

Qu'ils aient participé ou non à l'intervention de l'OTAN, les leaders mondiaux, l'Union européenne ou encore le FMI réagissent à la mort et à la capture de Syrte. La plupart s'accordent à dire qu'il s'agit d'un moment historique pour le pays. Leurs réactions.

" La fin d'un chapitre long et douloureux pour le peuple libyen "

© EPA

En fuite depuis août, le leader déchu libyen Mouammar Kadhafi aurait été tué jeudi en fin de matinée lors de la bataille de Syrte, dans l'est de la Libye, annonce le Conseil national de transition.

Le CNT est le premier, en fin de matinée, à avoir informé de la mort de Kadhafi. Le porte-parole officiel du CNT à Benghazi, Abdel Hafez Ghoga, a déclaré que l'ancien libyen "est mort aux mains des révolutionnaires". Et d'ajouter, "C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin".

En début d'après-midi, l'Otan n'était pas en mesure de "faire une déclaration" sur cette arrestation. D'autre part, l'Otan a annoncé que des avions de l'Alliance avaient frappé deux véhicules des forces pro-Kadhafi à environ 08H30 dans les environs de Syrte. Selon une source diplomatique, des vérifications sont en cours pour confirmer que le convoi dans lequel se trouvait Kadhafi a été stoppé par les frappes des appareils de l'Otan et qu'il aurait été blessé et capturé à ce moment-là.

La Belgique se félicite


La Belgique a agi, au cours des derniers jours de l'opération de l'Otan en Libye, pour que l'on ôte au dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi toute possibilité de fuite, a affirmé jeudi le ministre de la Défense, Pieter De Crem, en se félicitant que l'ex-"guide suprême" et son régime aient été "neutralisés" par les Libyens eux-mêmes et en révélant que les avions belges avaient largué près de 500 bombes en sept mois.

"Ce n'est que la fin du début "

"Ce n'est que la fin du début pour la Libye, annonce de son côté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon. C'est l'heure de la reconstruction d'une nouvelle nation, l'heure pour les Libyens de se rassembler et de se réconcilier, de laisser les armes. Ce n'est pas l'heure de la revanche. [...] C'est une transition historique pour la Libye."

Le président de l'UE, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont quant à eux salué "la fin d'une ère de despotisme et de répression" en Libye. "Le peuple libyen a souffert pendant trop longtemps. Aujourd'hui, la Libye peut tourner une page de son histoire et embrasser un nouvel avenir démocratique", ont-ils affirmé. Et d'appeler le CNT à "engager un processus de large réconciliation" entre tous les Libyens pour permettre une transition "démocratique, pacifique et transparente".

Hillary Clinton, Secrétaire d'Etat américaine, n'est également pas en mesure de confirmer la capture ou la mort de Kadhafi.

Le Fonds monétaire international a indiqué jeudi qu'il comptait envoyer "dans les semaines qui viennent" une mission en Libye destinée à étudier les moyens de venir en aide à ce pays.

Le sénateur américain et ex-candidat à la présidentielle John McCain, lui, a estimé que la mort du dirigeant de Mouammar Kadhafi "marque la fin de la première phase de la révolution libyenne". Il appelle les Etats-Unis, leurs alliés européens et leurs partenaires arabes à soutenir les Libyens, dans la "phase suivante de leur révolution démocratique".

Hillary Clinton, Secrétaire d'Etat américaine, n'est également pas en mesure de confirmer la capture ou la mort de Kadhafi. Toutefois, si l'information était vérifiée, elle éprouverait un grand soulagement.

Barack Obama a lui estimé que la mort du dictateur signait "la fin d'un chapitre long et douloureux pour le peuple libyen".

"Un avertissement"

David Cameron, Premier ministre britannique, s'est dit "fier du rôle joué" par son pays dans la chute du "brutal dictateur. C'est un jour où il faut se souvenir des victimes de Kadhafi".

Silvio Berlusconi, chef du gouvernement italien, tranche: "La guerre est finie". Le Cavaliere a également ajouté en latin: "Sic transit gloria mundi" ("Ainsi passe la gloire du monde").

Angela Merkel, la chancelière allemande, a déclaré: "La voie est désormais définitivement libre pour un nouveau départ politique dans la paix. L'Allemagne est soulagée et très heureuse". Pour sa part, Guido Westerwelle, ministre des Affaires étrangères, souhaite que "le peuple en Libye pourra vivre dans une nouvelle ère de paix et de démocratie après des décennies de dictature".

Pour le ministère espagnol des Affaires étrangères, la mort du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi met "un point final à une période triste pour le peuple libyen". Selon le ministère espagnol, les "responsables de la répression" devront être jugés. "La confirmation de la mort de Kadhafi (...) met un point final à un période triste pour le peuple libyen" et marque "le début d'une nouvelle ère", estime le ministère espagnol.

Le ministère polonais des Affaires étrangères a souligné que la mort de l'ex-guide libyen constituait "un avertissement" pour d'autres dictateurs. Il a également félicité le peuple libyen tout en regrettant "que le colonel Kadhafi n'ait pas été jugé pour ses crimes par un tribunal en Libye ou à la Haye".

Les infirmières bulgares, qui avaient été condamnées à mort en Libye sous l'accusation d'avoir inoculé le virus du sida à des enfants, ont exprimé les unes leur joie, les autres leur indifférence à l'annonce de la mort de Mouammar Kadhafi. "La nouvelle m'a beaucoup réjouie. C'est un châtiment. Un chien comme lui méritait une mort de chien. Je me demande quand même si c'est bien lui", a déclaré Valia Tcherveniachka, une des infirmières qui ont passé plus de huit ans dans les prisons libyennes.

LeVif.be avec L'Express.fr

Nos partenaires