La dioxine contamine les porcs allemands

11/01/11 à 16:18 - Mise à jour à 16:18

Source: Le Vif

Le scandale de la dioxine reprend de plus belle. Après les oeufs allemands, c'est au tour des porcs d'être atteints par le polluant.

La dioxine contamine les porcs allemands

© Thinkstock

Le scandale de la contamination à la dioxine en Allemagne avait débuté avec les oeufs, c'est aujourd'hui la viande de porc qui est contaminée. D'après les autorités, plusieurs centaines de bêtes vont devoir être abattues.

L'affaire a éclaté début janvier avec la découverte d'oeufs contaminés à la dioxine, dont certains ont été exportés aux Pays-Bas puis, une fois transformés, en Grande-Bretagne. Les poules pondeuses ont également été touchées. 4700 exploitations agricoles ont déjà fermé à titre préventif.

"Un test sur de la viande (de porc) a laissé paraître un taux de dioxine élevé" dans l'une des fermes, a indiqué un porte-parole du ministère de la Consommation de Basse-Saxe. La viande de cette exploitation a été déclarée non-commercialisable. "Les animaux vont devoir tous être abattus et leurs carcasses seront brûlées".

"A aucun moment, les produits agricoles allemands n'ont été dangereux"


Cette mesure drastique correspond au souhait émis ce lundi par la Commission européenne, pour que l'Allemagne restaure la confiance de ses partenaires.

La découverte d'un niveau illégal de dioxine dans du porc intervient alors que la crise semblait s'apaiser. Le nombre d'exploitations fermées à titre préventif avait été ramené à 558 lundi soir.
Des résultats de nombreux tests ordonnés sur de la viande de poulet et du lait de vache, également susceptibles d'être affectés, sont attendus encore, et pourraient étendre l'ampleur du scandale.

La ministre allemande de l'Agriculture Ilse Aigner avait tenté lundi de rassurer les consommateurs en affirmant qu'à "aucun moment, les produits agricoles allemands n'ont été dangereux" pour la santé.

La Commission européenne a laissé jusqu'à fin janvier aux industriels pour revenir avec des propositions, avant d'envisager des mesures contraignantes.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires