La Belgique songe à une participation à des opérations de la paix de l'ONU

08/09/16 à 21:40 - Mise à jour à 21:40

Source: Belga

La Belgique envisage de contribuer davantage, mais avec des capacités "de niche", aux opérations de maintien de l'ONU, a indiqué jeudi l'entourage du ministre de la Défense, Steven Vandeput, à l'issue d'une conférence organisée à Londres et qui rassemblé des représentants d'une septantaine de pays.

La Belgique songe à une participation à des opérations de la paix de l'ONU

© BELGA

La Belgique a ainsi proposé à l'ONU d'affecter pendant six mois, au cours de l'année 2018, un avion de transport C-130 Hercules à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la Stabilisation au Mali (Minusma), une tâche actuellement assurée par le Portugal.

M. Vandeput estime en effet que la stabilité de la région du Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) est "primordiale" pour assurer la sécurité en Europe, a expliqué l'entourage du ministre.

C'est ainsi que la Belgique a pris la tête de la mission européenne de formation de l'armée malienne (EUTM-Mali), dont le contingent belge doit passer à 175 militaires dans un pays encore en proie à de fréquentes violences causées par des groupes islamistes, particulièrement dans le nord.

La mise à disposition d'un avion de transport pour une durée limitée, par rotation avec d'autres pays, assure aussi une forme de "stratégie de sortie" d'une opération militaire, alors que les opérations onusiennes ont souvent tendance à se prolonger durant des années, a-t-on ajouté de même source.

Mais la Défense examine aussi d'autres pistes pour fournir des contributions concrètes, dans des "niches" aux opérations de l'ONU. La Belgique est en effet candidate à un siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020, tout en étant un piètre contributeur aux opérations onusiennes, avec - avec seulement une dizaine d'officiers et de policiers déployés, sur un total de 118.000 Casques bleus et personnels agissant sous l'égide des Nations unies.

Elle pourrait ainsi fournir des moyens comme des drones ou des capacités ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Recognition), a souligné le même source.

M. Vandeput a participé jeudi avec plusieurs de ses homologues à une conférence sur le maintien de la paix "UN Peacekeeping Defence Ministerial: London 2016", organisée par le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, et à laquelle ont aussi pris part l'Américain Ashton Carter et le Français Jean-Yves Le Drian.

Cette conférence s'inscrivait dans la prolongation du sommet convoqué en septembre dernier à New York par le président américain Barack Obama, en marge de la 70ème assemblée générale de l'ONU.

Une cinquantaine de pays avaient alors promis de fournir 40.000 Casques bleus supplémentaires, au moment où les missions de paix onusiennes sont débordées et vulnérables. La Belgique n'avait fait aucune annonce à cette occasion, tout en confirmant sa disponibilité à fournir certaines capacités - unité d'infanterie, avions de combat et de transport - à longue échéance et moyennant un feu vert gouvernemental.

Nos partenaires