La Belgique reconnaîtra l'Etat du Sud-Soudan

06/07/11 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Le Vif

Reconnaître un nouvel Etat n'est pas affaire courante. Le gouvernement belge a pourtant décidé de reconnaître le Sud-Soudan après les cérémonies d'indépendance prévues le 9 juillet. L'Union européenne l'y pousse.

La Belgique reconnaîtra l'Etat du Sud-Soudan

© Image Globe

Le 9 juillet verra la naissance d'un nouvel Etat appelé à devenir rapidement le 193e membre de l'Organisation des Nations Unies : le Sud-Soudan avec pour capitale Juba. La Belgique peut-elle le reconnaître alors qu'elle vit sous le régime des affaires courantes ? La question a turlupiné le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere, qui a finalement opté pour la reconnaissance. Voici pourquoi.

Le principe de l'indépendance du futur Etat n'est pas contesté. L'indépendance promise résulte d'un accord de paix signé en janvier 2005 avec les dirigeants de Khartoum. Un référendum parmi la population sud-soudanaise l'a entérinée en janvier de cette année. Certes, des combats récents dans la province d'Abeyi à la frontière entre Soudan et Sud-Soudan, débouchant sur un accord de démilitarisation et sur l'envoi de casques bleus, ont démontré que tout est loin d'être réglé pour la viabilité du futur Etat. Mais la date du 9 juillet n'est pas pour autant remise en cause. L'Union européenne a prévu une déclaration commune à cette occasion et a appelé ses membres à reconnaître le nouvel Etat. La Belgique devait-elle "se singulariser" pour cause de gouvernement en affaires courantes ou poser un acte qui n'est tout de même pas si courant ? Le "contexte international favorable à l'indépendance" et le "consensus en Belgique sur la question" ont conduit à "ne pas adopter une lecture restrictive" des affaires courantes, explique-t-on au ministère des Affaires étrangères. La Belgique devrait donc reconnaître le Sud-Soudan comme Etat souverain avant la fin du mois. C'est ce que le ministre Steven Vanackere entendait répondre à une question du député Dirk Van der Maelen (SP.A), lundi dernier. Mais celui-ci, absent, n'a pas été en mesure de la lui poser...

Gérald Papy

En savoir plus sur:

Nos partenaires