La Belgique a interdit le Mediator dès 1977

01/02/11 à 08:18 - Mise à jour à 08:18

Source: Le Vif

Alors que la France a continué de commercialiser le Mediator, médicament qui serait à l'origine de 500 à 2.000 décès outre-Quiévrain, jusqu'en 2009, la Belgique l'interdisait dès 1977. Pourquoi une telle différence de traitement ?

La Belgique a interdit le Mediator dès 1977

© Bloomberg

Les autorités sanitaires belges ont refusé dès 1977 la commercialisation du Mediator, médicament utilisé en France de 1976 à fin 2009 et qui serait à l'origine de la mort de 500 à 2.000 personnes, selon un document publié dans l'édition de mardi du Figaro et sur LeFigaro.fr.

?

Dans un document que Le Figaro a pu se procurer et qui est daté du 24 novembre 1977, le patron de l'Inspection générale de la pharmacie belge fait part de son refus de commercialiser le Mediator en Belgique : "Je me permets de proposer à Monsieur le Ministre de refuser l'enregistrement de ce médicament", écrit-il, selon le quotidien.

?

La Commission des médicaments belge a émis un "avis défavorable" à la délivrance d'une autorisation de mise sur le marché pour le Mediator. "En cause, l'insuffisance de données quant à l'effet (à long terme) du médicament", selon Le Figaro.

?

Le laboratoire Servier fait appel de cette décision mais, en 1978, la Commission des médicaments confirme son "avis défavorable". Le patron de l'Inspection générale de la pharmacie belge écrit que "les nouvelles données cliniques fournies (...) ne permettent pas de considérer que le produit exerce une activité hypolipidémiante ou hypoglycémiante", toujours selon le quotidien. Le Figaro ajoute que les Belges évoquent "l'effet anorexigène de la molécule".

?

Le Mediator, un médicament destiné aux diabétiques en surpoids, utilisé aussi comme coupe-faim, a été retiré de la vente en France fin 2009. Il a été prescrit à quelque cinq millions de personnes en France de 1976 jusqu'à son interdiction et serait à l'origine de la mort de 500 à 2.000 personnes.

?

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires