L'Union soviétique se disloquait il y a vingt ans

25/12/11 à 19:02 - Mise à jour à 19:02

Source: Le Vif

Il y a 20 ans jour pour jour, lors du jour de Noël 1991, le dernier président de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, démissionnait.

L'Union soviétique se disloquait il y a vingt ans

© Thinkstock

Ce soir-là, le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau qui flottait au dessus du Kremlin fut remplacé par le drapeau blanc-bleu-rouge de l'actuelle Russie. L'empire soviétique venait de se disloquer.

Lors de son arrivée au pouvoir en 1985, M. Gorbatchev a pris une série de mesures pour réformer et moderniser l'économie et les institutions: ce fut l'époque de la "perestroïka" (réforme) et de la "glasnost" (transparence). Il avait débuté son ascension en devenant secrétaire général du parti communiste (PCUS) et devait faire face à une forte opposition de la part des conservateurs.

Le 19 août 1991, un groupe de communistes conservateurs orchestra un coup d'Etat. Le complot échoua en partie grâce à l'intervention de Boris Eltsine, alors président de la Fédération de Russie, qui confirma de ce fait sa position de chef de file des réformistes.

Le putsch avorté a amorcé la chute de l'Union soviétique. L'une après l'autre, les différentes républiques soviétiques proclamèrent leur indépendance: la Géorgie et la Lituanie l'avaient déjà fait dans les mois précédents le coup d'état, l'Estonie au second jour après le putsch. Ont suivi ensuite l'Ukraine, le Bélarus, la Moldavie, l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan.

Le 8 décembre 1991, la Communauté des Etats indépendants (CEI) fut créée. Par la signature du traité d'Alma-Ata le 21 décembre 1991, onze des quinze anciennes républiques soviétiques adhérèrent ainsi à la CEI. M. Gorbatchev ne pouvait plus empêcher la dislocation de l'Union soviétique et remit sa démission le jour de Noël.

Le jour suivant, le parlement annonçait officiellement la dissolution. La Russie, avec à sa tête Boris Eltsine, allait désormais la remplacer comme Etat successeur de l'URSS et de ses obligations.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires