L'Otan condamne l'utilisation excessive de la force en Ukraine

03/12/13 à 21:07 - Mise à jour à 21:07

Source: Le Vif

Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan ont condamné mardi l'utilisation "excessive" selon eux de la force en Ukraine contre des manifestants pacifiques, appelant toutes les parties à s'abstenir de tout acte de provocation et de violence après la répression sans précédent de manifestations pro-européennes.

L'Otan condamne l'utilisation excessive de la force en Ukraine

© Image Globe

"Nous appelons l'Ukraine, en temps que présidente en exercice de l'OSCE (l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) à pleinement respecter ses engagements internationaux et à maintenir la liberté d'expression et de rassemblement. Nous invitons le gouvernement (du président Viktor Ianoukovitch) et l'opposition à engager le dialogue et à lancer un processus de réforme", indique une déclaration des chefs de la diplomatie alliés publiée à l'issue de la première journée de leur réunion au siège bruxellois de l'Otan.

"Une Ukraine souveraine, indépendante et stable, fermement engagée en faveur de la démocratie et l'état de droit, est essentielle à la sécurité (de la région) euro-atlantique. L'Ukraine reste un partenaire important de l'Otan et l'Alliance apprécie fortement les contributions ukrainiennes à la sécurité internationale. Notre partenariat continuera sur la base des valeurs de la démocratie, des droits de l'Homme et de l'état de droit. L'Otan reste engagée à soutenir le processus de réforme en Ukraine", ajoute le texte.

L'Ukraine participe à plusieurs missions lancées par l'Otan, comme la lutte contre la piraterie maritime dans l'océan Indien, et fait partie - sans être membre de l'Alliance - de la force de réaction rapide de l'Otan, la "NATO Response Force" (NRF).

Des milliers de personnes ont manifesté au cours des derniers jours à Kiev et dans d'autres villes pour protester contre la volte-face du président Ianoukovitch, qui a suspendu la semaine dernière la préparation d'un accord d'association avec l'Union européenne.

Il s'agit d'une mobilisation sans précédent depuis la "Révolution orange" de 2004 qui avait renversé le régime en place et alors porté au pouvoir des responsables pro-occidentaux.
Contrairement à 2004, certaines manifestations ont été violemment réprimées ces derniers jours, ce qui a fait plus de cent blessés, dont des policiers, des étudiants et des journalistes.

Nos partenaires