L'ONU veut s'attaquer au nerf de la guerre de l'Etat islamique

07/02/15 à 11:27 - Mise à jour à 11:27

Source: Belga

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait adopter la semaine prochaine une résolution visant à tarir toutes les sources de financement du groupe Etat islamique (EI), qu'elles proviennent du pétrole, du trafic d'antiquités ou de rançons, selon un diplomate.

L'ONU veut s'attaquer au nerf de la guerre de l'Etat islamique

© REUTERS

La première mouture de ce texte, élaborée par la Russie, a été complétée après des discussions avec Américains et Européens avant d'être distribuée aux 15 pays membres.

Ceux-ci en ont discuté pour la première fois à huis clos vendredi et leur réaction a été "très positive", selon l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine. Il table sur une adoption dès mardi prochain.

Son homologue britannique Mark Lyall Grant a indiqué qu'aucun pays n'avait élevé d'objection formelle et que le texte devrait être adopté avant jeudi. "Cette résolution, a-t-il expliqué, n'apporte pas de changement fondamental mais elle montre une nouvelle fois que le Conseil est uni dans la lutte anti-terroriste et est prêt à prendre des mesures pour resserrer l'étau autour de l'EI".

Le texte s'inspire largement d'une série de décisions déjà prises par l'ONU dans le cadre de sanctions (gel d'avoirs, embargo sur les armes notamment) imposées aux organisations et individus affiliés à al-Qaïda.

Le Conseil avait aussi adopté en août 2014 une résolution visant à couper les fonds aux djihadistes en menaçant de sanctionner les pays qui leur achèteraient du pétrole. La résolution devait également endiguer le flux de combattants étrangers partant rejoindre l'EI en Irak et en Syrie.

Ces obligations imposées aux Etats membres et reprises dans le nouveau texte "sont déjà solides et contraignantes mais l'objectif de la nouvelle résolution est de les étendre et de clarifier ce qu'elles impliquent, en particulier dans le domaine de la contrebande de produits pétroliers", a expliqué un responsable américain impliqué dans les discussions.

En savoir plus sur:

Nos partenaires