L'Iran transfère de l'uranium en Russie, élément clé de l'accord nucléaire

28/12/15 à 21:12 - Mise à jour à 21:12

Source: Afp

L'Iran a accompli "l'une des étapes les plus importantes" prévues dans l'accord sur son programme nucléaire signé l'été dernier avec les grandes puissances, en transférant de l'uranium faiblement enrichi vers la Russie, a indiqué lundi le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

L'Iran transfère de l'uranium en Russie, élément clé de l'accord nucléaire

© Reuters

"Je suis ravi de faire savoir que nous avons relevé des indications marquantes d'une progression importante afin que l'Iran accomplisse ses engagements clés sur le nucléaire en vertu de l'accord" signé à Vienne en juillet, a indiqué le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

Selon lui, 25.000 livres --un peu plus de 11 tonnes-- de ce matériau ont été expédiées lundi de l'Iran vers la Russie.

Cette expédition comprend la totalité de l'uranium enrichi à 20% qui n'avait pas encore été assemblé sous forme de plaques de combustible à destination du réacteur de recherches de Téhéran, selon M. Kerry.

L'Iran s'est engagé à ne pas détenir plus de 300 kg de ce matériau lors de l'entrée en vigueur de l'accord.

Une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a confirmé auprès de l'AFP que l'Iran avait rempli ses obligations concernant le transfert de l'uranium faiblement enrichi vers la Russie.

De son côté, le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi a indiqué à l'agence Isna que "le processus de transfert du combustible s'est déroulé".

Faisant référence à des sources iraniennes et russes non identifiées, Isna a précisé que "la quantité d'uranium transféré en Russie dépassait 8,5 tonnes et l'Iran a reçu en échange environ 140 tonnes d'uranium naturel".

Cette annonce intervient cinq mois après la signature d'un accord entre l'Iran et les grandes puissances qui prévoit la limitation d'une partie du programme nucléaire de Téhéran, en particulier l'enrichissement d'uranium, sur une période de dix à quinze ans et qui devrait entrer en vigueur début janvier. Ces limitations ne concernent pas le développement du parc nucléaire civil iranien.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) déterminera lorsque l'Iran aura rempli toutes ses obligations en la matière, ce qui devrait permettre la levée progressive des sanctions économiques liées à ce programme imposées par les Etats-Unis et d'autres pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires