L'Iran engagé à trouver un accord avec l'Occident sur son programme nucléaire

02/09/14 à 08:18 - Mise à jour à 08:18

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, a réaffirmé lundi à Bruxelles l'engagement de Téhéran à trouver un accord "dans les prochains mois" sur le programme nucléaire controversé de son pays, faisant état de "bonnes discussions" avec la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

"Nous sommes engagés à faire des progrès" dans la voie d'un règlement diplomatique au dossier nucléaire iranien via les négociations entre les grandes puissances et l'Iran, a-t-il affirmé à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue belge, Didier Reynders en se félicitant du développement des relations bilatérales belgo-iraniennes. "Je suis assez optimiste après les discussions avec Lady Ashton que nous puissions en fait résoudre cette question dans les temps", a ajouté M. Javad Zarif, assez avare en détails concrets sur la teneur de ses entretiens avec la haute représentante pour la politique étrangère de l'Union européenne.

Celle-ci pilote les négociations menées entre l'Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine et Allemagne). Les négociateurs se sont quittés le 19 juillet à Vienne en se donnant quatre mois supplémentaires, jusqu'au 24 novembre, pour parvenir à un accord définitif devant garantir le caractère pacifique du programme nucléaire de la République islamique, en échange d'une levée des sanctions internationales qui visent celle-ci. M. Javad Zarif a évoqué la possibilité d'un accord "dans les trois prochains mois". "Cela requiert une volonté politique, une pleine prise de conscience du besoin (que nous avons) de s'attaquer à des questions (fondamentales" plutôt qu'à des audiences domestiques", a ajouté le chef de la diplomatie iranienne, apparemment dans une référence à la position des Etats-Unis. M. Javad Zarif a ainsi souligné que certaines actions n'aidaient guère la diplomatie, comme les nouvelles sanctions décrétées par les Etats-Unis. Washingon a annoncé vendredi des sanctions supplémentaires contre l'Iran, visant des entités, entreprises et individus accusés de favoriser le programme nucléaire controversé de Téhéran et de soutenir le "terrorisme". L'Iran et le groupe 5+1 (ou 3+3) ont conclu un accord intérimaire nucléaire de six mois renouvelable, entré en application le 20 janvier. En juillet, ils se sont donné quatre mois supplémentaires, jusqu'au 24 novembre, pour sceller un accord définitif qui doit permettre de garantir la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien en échange de la levée totale des sanctions occidentales et de l'ONU qui asphyxient l'économie iranienne depuis plusieurs années. L'Occident et Israël soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique, alors que Téhéran affirme que son programme nucléaire est purement civil.

En savoir plus sur:

Nos partenaires