L'heure de l'hommage et de l'émotion à Nice, trois mois après l'attentat

15/10/16 à 11:18 - Mise à jour à 12:04

Source: Belga

L'heure était au recueillement et à l'émotion à Nice samedi, où un hommage national est rendu aux victimes en présence de François Hollande, trois mois après l'attentat qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais.

L'heure de l'hommage et de l'émotion à Nice, trois mois après l'attentat

François Hollande à Nice © REUTERS

La cérémonie a débuté à 11H00, en présence du chef de l'Etat, dans un climat alourdi par son impopularité et l'annonce répétée aux Français que cet attentat ne serait pas le dernier. Autour de François Hollande, des membres du gouvernement, des élus, des délégations étrangères, 200 familles endeuillées, plus 1.000 victimes et personnes choquées ont été invités sur la Colline du Château qui s'élève en bord de mer près du Vieux-Nice. Les noms des 86 victimes décédées seront aussi lus au cours de la cérémonie.

Quinze enfants ou adolescents sont décédés le 14 juillet, et 98 ont été blessés. Après la lecture d'un texte par un membre d'une famille de victimes, le chanteur Julien Clerc prêtera sa voix aux disparus tout comme le choeur des enfants de l'Opéra de Nice. L'hommage est strictement fermé au public et retransmis en direct à la télévision, sans écran géant dans la ville.

Lors de la cérémonie, M. Hollande aura la difficile tâche d'offrir aux familles endeuillées et aux nombreux blessés un moment de recueillement et d'unité nationale dans une ville qui est aussi un fief sarkozyste. Quatre jours après le drame, le Premier ministre Manuel Valls y avait été hué lors d'une minute de silence. Samedi matin, la promenade des Anglais était quasiment déserte, la circulation interrompue et le secteur cadenassé par les forces de l'ordre, déployées en très grand nombre.

La cérémonie se tient alors que l'enquête sur l'attentat se poursuit. Elle a établi que son auteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien installé à Nice depuis plus de dix ans, avait loué un lourd camion et repéré les lieux les jours précédents. A ce stade, les enquêteurs n'ont pas établi ses liens directs avec le groupe Etat islamique qui a revendiqué l'attentat. Quinze blessés sont toujours hospitalisés en France et à l'étranger. (Belga)

Nos partenaires