L'Europe veut des élections libres en Egypte, mais ménage Moubarak

01/02/11 à 12:20 - Mise à jour à 12:20

Source: Le Vif

L'Union européenne souhaite la tenue d'élections "libres et justes" en Egypte, selon des conclusions finalisées lundi par les ministres européens des Affaires étrangères. Ceux-ci se sont toutefois gardés de viser explicitement le président contesté Hosni Moubarak, allié de longue date de l'Occident.

L'Europe veut des élections libres en Egypte, mais ménage Moubarak

© Epa

D'après le texte des conclusions, préparé par les diplomates mais substantiellement modifié par les ministres, l'UE "presse les autorités égyptiennes de mettre en place une transition ordonnée conduisant à un gouvernement large", qui puisse mener "un processus véritable de réformes démocratiques substantielles, dans le plein respect des droits humains, de l'Etat de droit et des libertés fondamentales", en vue de la tenue d'"élections libres et justes".

Les Européens se sont toutefois soigneusement gardés de viser explicitement le président Hosni Moubarak, garant de la paix avec Israël et acteur diplomatique important dans le processus de paix. "Il est clair que la stabilité en Egypte joue un rôle important dans le processus de paix au Moyen Orient. Nous sommes parfaitement conscients que l'Egypte est un facteur de stabilité et nous souhaitons qu'elle le reste", a ainsi commenté le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere.

Interrogé sur la position ambigüe des Européens, M. Vanackere a préféré "éviter de personnaliser" la crise actuelle. "Il ne s'agit pas de personnaliser, mais de parler d'institutions démocratiques", a-t-il dit, jugeant que l'UE avait "la légitimité de décrire le type de transition qu'on juge souhaitables", mais pas de "se subsituer au peuple égyptien".

Au pouvoir depuis 1981, Hosni Moubarak a été réélu à plusieurs reprises au cours des dernières décennies, notamment en 2005, mais la validité de ces élections est largement contestée. Un nouveau scrutin présidentiel doit être organisé en septembre prochain. Selon M. Vanackere, la tenue de ces élections, éventuellement de façon anticipée, serait un signal bienvenu.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires