L'Europe n'atténuera pas sa rigueur budgétaire

07/02/13 à 16:12 - Mise à jour à 16:12

Source: Le Vif

Les socialistes du Parlement européen ont dénoncé jeudi la "schizophrénie" de la droite après le rejet d'un amendement préconisant d'atténuer la rigueur budgétaire.

L'Europe n'atténuera pas sa rigueur budgétaire

© Image Globe

Les eurodéputés ont adopté à Strasbourg leur rapport sur l'"examen annuel de croissance", un document dans lequel la Commission européenne détaille les grandes priorités socio-économiques de l'année, censé servir de guide aux Etats membres. Mais plusieurs amendements anti-austérité n'ont pas recueilli la majorité.

L'un d'entre eux appelait les Etats membres à assouplir leur trajectoire d'assainissement budgétaire. Il a été rejeté par une majorité de 329 voix (contre 267), formée des démocrates-chrétiens (PPE), des libéraux (ADLE) et eurosceptiques conservateurs (ECR).

Dans la foulée, les socialistes ont dénoncé la "schizophrénie" de la droite, dont certains élus ont voté en faveur de recommandations similaires dans un autre rapport moins important.

A droite, le député néerlandais Derk-Jan Eppink (élu en Belgique sur bannière LDD) s'est au contraire réjoui de l'issue du vote, en lequel il voit "une victoire du bon sens".

"Le rapport tel qu'amendé soutien les politiques dont nous avons besoin. Nous ne pouvons pas réduire la dette en empruntant encore davantage. Nos économies ne peuvent pas croître sans plus de compétitivité pour nos entreprises, et l'Europe ne peut pas s'épanouir dans un climat protectionniste", a-t-il fait valoir dans un communiqué.

L'incident illustre la montée en puissance en Europe d'un courant anti-austérité, très en voix depuis l'aveu par le Fonds monétaire international (FMI) d'un impact plus important que prévu de l'austérité sur l'économie.

"Contrairement à la Commission européenne, le FMI a eu l'humilité de reconnaître qu'il s'était trompé", lance une porte-parole socialiste.

La réorientation des politiques budgétaires européennes sera le thème d'une conférence à Bruxelles le 7 mars prochain. Les socialistes comptent ensuite mener campagne sur le sujet, avec en point de mire le sommet de juin.

La question sera déjà évoquée la semaine prochaine au Conseil Ecofin, où les 27 ministres des Finances se pencheront à leur tour sur l'examen annuel de croissance. Le grand argentier belge, Steven Vanackere, devrait à cette occasion lancer un plaidoyer pour la croissance, selon une source belge, qui a refusé d'en dire davantage.

Le débat sur l'austérité est en effet sensible au sein même de la coalition gouvernementale belge. Si le PS s'est prononcé depuis longtemps pour une atténuation de la rigueur, les autres partis sont opposés à l'idée, ou du mois réticents à s'engager dans cette voie sans un consensus européen.

En savoir plus sur:

Nos partenaires