L'embargo de l'ONU en Libye a été brisé avec des armes belges détournées

18/04/13 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Source: Le Vif

Le Qatar et les Emirats arabes unis ont livré aux rebelles libyens des armes de la FN Herstal vendues par la Belgique à ces deux pays. Un scénario qui se répète en Syrie. Exclusif.

L'embargo de l'ONU en Libye a été brisé avec des armes belges détournées

© Reuters

Après deux ans d'enquête, le Groupe d'experts des Nations unies chargé de contrôler le respect de l'embargo sur les armes en Libye avant et après le conflit de 2011 a rendu son rapport qui a été publié le 10 avril. Il affirme que le Qatar et les Emirats arabes unis ont approvisionné les rebelles libyens en armes et munitions, violant de fait l'embargo de l'ONU.

Avec quelles armes ? Notamment avec des armes belges vendues dans les années 1980 et 1990. Les experts onusiens évoquent notamment des fusils d'assaut FNC et des fusils FAL, les uns et les autres fabriqués par la FN Herstal. Réagissant au rapport, le ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte a expliqué au Vif/L'Express que ces informations "seront évidemment prises en compte dans l'analyse des demandes d'exportation vers les pays concernés". Cela signifie-t-il que la politique d'exportation d'armes vers des Etats comme le Qatar et les Emirats arabes unis sera modifiée ? Sans l'affirmer aussi clairement, Rudy Demotte souligne tout de même que "l'ensemble de la région est considérée comme zone sensible et dès lors, chaque dossier est examiné de manière particulièrement attentive".

La politique d'exportations d'armes de la Région wallonne devrait sans doute être d'autant plus prudente que le rapport des experts de l'ONU indique en outre que des armes belges retrouvées cette fois-ci en Syrie ont aussi été détournées par un pays tiers, sans doute les Emirats arabes unis, d'après une communication du ministère belge des Affaires étrangères au Groupe d'experts de l'ONU.

D.S.

Lire l'enquête complète de Damien Spleeters sur les armes belges en Libye et en Syrie dans Le Vif/L'Express de cette semaine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires