L'EI fait exploser la prison de Palmyre, un symbole du régime al-Assad

30/05/15 à 20:51 - Mise à jour à 20:51

Source: Belga

Le groupe Etat islamique (EI) a fait exploser samedi la prison de Palmyre, un des symboles de la répression du régime syrien depuis les années 80, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'EI fait exploser la prison de Palmyre, un symbole du régime al-Assad

Le château Fakhreddin au loin, la Palmyre, mai 2015 © Reuters

Cette grande prison en plein désert, dont le seul nom terrorisait les Syriens, a "été détruite en grande partie après que l'EI eut planté des bombes à l'intérieur et dans ses environs", selon l'ONG.

La ville antique du centre de la Syrie avait été prise il y a dix jours par les jihadistes. Des sympathisants de l'EI ont diffusé sur Twitter plusieurs photos de la destruction présumée de la prison, avec des images d'explosion et de bâtiments détruits.

"L'EI efface une preuve de la criminalité du clan des Assad en faisant exploser la célèbre prison de Palmyre", a tweeté Mohammad Sarmini, un membre de l'opposition syrienne en exil. "La prison de Palmyre est un témoin des crimes du siècle", commente un militant sur Twitter, tandis que d'autres affirmaient qu'il fallait préserver ce "symbole de la terreur des Assad" avec tout ce qu'il comprenait comme d'éventuelles preuves des atrocités qui y ont été commises.

La prison de Palmyre est tristement célèbre pour le massacre de centaines de détenus par le régime dans les années 80, au temps de Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad. Des prisonniers politiques y ont croupi et été torturés pendant de longues années, avant que le régime n'y envoie surtout des insoumis et des déserteurs avec le début de la révolte de 2011.

Avant la chute de Palmyre aux mains de l'EI, le régime a transféré les détenus vers d'autres prisons en Syrie, selon l'OSDH. Avant de faire exploser l'établissement pénitencier, l'EI avait diffusé une vidéo montrant des images inédites des geôles, notamment les cellules individuelles où à peine la lumière du jour filtrait.

En savoir plus sur:

Nos partenaires