L'Egypte marque le premier anniversaire de la chute de Moubarak

11/02/12 à 09:53 - Mise à jour à 09:53

Source: Le Vif

L'Egypte marque samedi le premier anniversaire de la chute d'Hosni Moubarak avec des appels à la désobéissance civile visant à faire pression sur l'armée, de plus en plus critiquée pour sa gestion de la transition, et l'inciter à quitter le pouvoir.

L'Egypte marque le premier anniversaire de la chute de Moubarak

© Reuters

Vendredi soir, le Conseil suprême des forces armées (CSFA), à qui l'ancien président a remis les rênes du pays en démissionnant il y a un an, a averti qu'il ne céderait ni aux "menaces" ni aux "pressions", en évoquant des "complots" contre l'Etat.

Le 11 février 2011, au bout de 18 jours d'une révolte populaire sans précédent contre le régime, le vice-président Omar Souleimane annonçait dans un message de moins d'une minute à la télévision la démission de M. Moubarak.

La junte d'une vingtaine de généraux qui lui a succédé a promis de faciliter le passage à la démocratie et de rendre le pouvoir aux civils dès que possible.

Mais un an plus tard, les militants qui appelaient à la chute de M. Moubarak exigent désormais le départ immédiat de l'armée, qu'ils accusent de perpétuer l'ancien régime et de réprimer le mouvement pro-démocratie.

Ils ont appelé à une journée de grèves samedi et à la désobéissance civile pour faire monter la pression.

Vendredi, des milliers de manifestants ont traversé Le Caire pour marcher sur le ministère de la Défense, défendu par la police militaire, des blindés et des barbelés.

Tard le soir, l'armée a évoqué des "complots" et assuré qu'elle tiendrait bon dans un communiqué lu à la télévision publique.

Les appels à la grève ont divisé la population et les forces politiques. Les Frères musulmans, qui dominent le Parlement récemment élu, s'y sont opposés ainsi que de nombreux Egyptiens, arguant de la dégradation de l'économie.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires