L'aura diabolique du Monstre de Florence

19/07/15 à 16:29 - Mise à jour à 02/09/15 à 13:50

Source: Le Vif

Huit fois, il a frappé dans la campagne toscane. Trente ans après son dernier meurtre, un couple de vacanciers français, le mystérieux "Mostro di Firenze" continue de faire parler de lui. Il aurait notamment inspiré l'écrivain Thomas Harris pour son célèbre personnage de Hannibal Lecter.

Le 10 septembre 1985, tandis que les internes du lycée professionnel de Pontarlier (est de la France) entrent, encore ensommeillés, dans la salle du petit déjeuner, leur surveillant Salvatore Maugeri, alors âgé de 27 ans, s'empare, comme souvent, de l'édition du jour de L'Est républicain. "En Une, j'ai vu le visage de mon ami et celui d'une femme que je ne connaissais pas. Ce fut le début d'un cauchemar éveillé..." Presque trente ans plus tard, les photos en noir et blanc continuent de hanter celui qui est devenu un professeur de sociologie respecté. Lui, Jean-Michel Kraveichvili, les cheveux en bataille et le regard rêveur. Elle, Nadine Mauriot, fixant droit l'objectif, l'air un peu bravache sous sa coupe à la garçonne. Un beau couple tué, dans des circonstances atroces, par celui qui faisait depuis déjà dix-sept ans trembler toute l'Italie : "Il Mostro di Firenze (le Monstre de Florence)".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires