L'artillerie turque bombarde l'EI en Syrie en réponse à des tirs de mortier sur son sol

23/08/16 à 10:42 - Mise à jour à 10:42

Source: Belga

L'artillerie turque a ouvert tôt mardi le feu sur des positions du groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, en réponse à des tirs de mortiers sur son sol, ont rapporté les médias turcs.

L'artillerie turque bombarde l'EI en Syrie en réponse à des tirs de mortier sur son sol

© Belga

Deux obus se sont abattus dans la localité turque de Karkamis (sud-est), tout près de la frontière syrienne et juste en face de la ville syrienne de Jarablos tenue par le mouvement djihadiste, sans faire de blessés, a indiqué la chaîne d'information CNN-Türk.

Environ 60 obus ont frappé à 03h30 GMT (05h30 HB) quatre positions de l'EI à Jarablos, selon cette chaîne.

Ces bombardements interviennent alors que des centaines de rebelles syriens soutenus par Ankara préparent du côté turc de la frontière une offensive pour capturer Jarablos, selon des sources rebelles et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Lundi soir l'artillerie avait déjà bombardé des positions de la milice kurde PYD (Parti de l'union démocratique) et de l'EI dans le nord de Syrie, a rapporté la presse locale.

De mêmes sources, les cibles de l'EI visées se trouvaient dans la ville de Jarablos et celles du PYD, principale milice kurde de Syrie, autour de la ville de Minbej.

La Turquie considère l'EI et le PYD comme des organisations terroristes et les combat même si elle est en désaccord avec son allié américain sur les kurdes, alliés de Washington contre les djihadistes en Syrie.

Cette question comme celle de l'extradition de l'ex-imam Fethullah Gülen, que les autorités turques désignent comme le cerveau du putsch avorté du 15 juillet en Turquie, sera à l'ordre du jour des discussions qu'aura le vice-président américain Joe Biden mercredi à Ankara. Gülen vit depuis 1999 en exil aux Etats-Unis.

En savoir plus sur:

Nos partenaires