L'Arabie saoudite cherchera à se doter de l'arme nucléaire si l'Iran le fait

09/05/18 à 20:58 - Mise à jour à 21:06

Source: Afp

L'Arabie saoudite développera son propre arsenal nucléaire si l'Iran s'y emploie de son côté, a prévenu mercredi le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, tandis que les tensions augmentent dans la région.

L'Arabie saoudite cherchera à se doter de l'arme nucléaire si l'Iran le fait

Adel al-Jubeir © AFP

Interrogé sur la chaîne américaine CNN sur l'éventualité que Ryad "construise sa propre bombe" si Téhéran utilisait le retrait américain de l'accord de 2015 pour reprendre son programme nucléaire, M. Jubeir a déclaré: "Si l'Iran se dote d'une capacité nucléaire, nous ferons tout notre possible pour faire de même".

L'Arabie saoudite affirme depuis longtemps qu'elle s'alignerait sur tout développement de l'armement nucléaire iranien mais cette déclaration du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient au lendemain de la décision américaine de se retirer de l'accord iranien de 2015 par lequel Téhéran a accepté de brider son programme nucléaire en s'engageant à ne jamais chercher à obtenir la bombe atomique.

Ryad, qui n'a jamais caché ses réserves vis-à-vis de l'accord passé en 2015 entre l'Iran et six puissances mondiales, a immédiatement applaudi l'annonce faite par le président Donald Trump, son grand allié.

Au lendemain de l'annonce américaine, l'Arabie saoudite a été la cible d'une nouvelle salve de missiles balistiques tirés par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l'Iran.

"Ces missiles sont de fabrication iranienne et livrés aux Houthis. Un tel comportement est inacceptable. Cela bafoue les résolutions des Nations unies au regard des missiles balistiques. Et les Iraniens doivent être tenus responsables pour cela", a estimé le ministre saoudien des Affaires étrangères sur CNN.

"Nous essayons d'éviter à tout prix une action militaire directe contre l'Iran mais l'Iran ne peut pas continuer à se comporter ainsi. Cela représente une déclaration de guerre", a poursuivi Adel al-Jubeir.

AFP

Nos partenaires