L'Arabie saoudite annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran

03/01/16 à 21:29 - Mise à jour à 22:06

Source: Afp

L'Arabie saoudite a annoncé dimanche la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran, après la crise entre les deux puissances rivales née de l'exécution d'un dignitaire chiite dans le royaume saoudien.

L'Arabie saoudite annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran

Manifestation. © AFP

La mise à mort samedi en Arabie saoudite du cheikh saoudien Nimr Baqer al-Nimr, un critique virulent du pouvoir à Ryad, a suscité de violentes critiques de l'Iran et des manifestations lors desquelles l'ambassade saoudienne à Téhéran a été en partie détruite et le consulat saoudien attaqué dans la ville de Machhad.

L'Arabie saoudite a décidé de "rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran et exige le départ sous 48H des membres de la représentation diplomatique iranienne", a annoncé le chef de la diplomatie Adel Al-Jubeir lors d'une conférence de presse en soirée à Ryad.

Lire aussi >>> Violence et inquiétudes après l'exécution d'un dignitaire chiite

Il a dénoncé "les ingérences négatives et agressives de l'Iran dans les affaires arabes qui entraînent souvent dégâts et destructions".

Les attaques contre les représentations saoudiennes en Iran constituent "une violation flagrante de toutes les conventions internationales", a-t-il dit en accusant les autorités iraniennes de n'avoir rien fait pour les empêcher.

Les relations entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite évoluent en dents de scie depuis la révolution islamique iranienne en 1979. Les deux puissances sont souvent en désaccord sur les moyens de régler les crises dans la région et s'accusent mutuellement de chercher à y élargir leur influence.

Elles avaient rompu leurs relations diplomatiques de 1987 à 1991, en raison de sanglants affrontements entre pèlerins iraniens et forces saoudiennes lors du pèlerinage à La Mecque en 1987.

La nouvelle crise a éclaté avec l'exécution du dignitaire Nimr âgé de 56 ans. Quarante six autres personnes condamnées pour "terrorisme", dont la majorité pour des attentats attribués au réseau sunnite Al-Qaïda, ont été exécutées en même temps que lui.

Il s'agit selon Human Rights Watch de la "plus importante exécution en masse" en Arabie saoudite depuis 1980.

En savoir plus sur:

Nos partenaires