L'appel désespéré du Premier ministre indien: "Epargnez vos filles"

22/01/15 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Belga

Le Premier ministre indien Narendra Modi a "supplié" mardi ses concitoyens d'épargner les vies des foetus de sexe féminin, mettant en garde contre un déséquilibre des sexes aux conséquences désastreuses pour le pays.

L'appel désespéré du Premier ministre indien: "Epargnez vos filles"

Le Premier ministre indien Narendra Modi © AFP

Le chef du gouvernement, s'adressant à une audience largement composée de femmes dans l'Etat d'Haryana, une région du nord de l'Inde qui a le plus bas ratio fille/garçon à la naissance, leur a expliqué qu'elles devaient résister à la pression de leur famille et de la société qui les pousse à avorter si elles sont enceintes de filles.

"Le Premier ministre de ce pays vous supplie d'épargner les vies de vos filles", a déclaré M. Modi, qui lançait une campagne intitulée "Sauvez vos filles, éduquez vos filles". "Nous devons changer notre manière de penser et arrêter de croire que les garçons sont supérieurs aux filles", ou nous devrons en "subir les conséquences", a-t-il mis en garde.

Le Premier ministre a également demandé aux médecins d'arrêter de pratiquer des avortements décidés à cause du sexe de l'enfant et d'utiliser leurs compétences pour sauver des vies. Le foeticide féminin est répandu en Inde, en particulier dans les régions rurales, les parents préférant avoir des fils qui puissent perpétrer le nom de famille.

L'an dernier, les Nations unies ont mis en garde contre un déséquilibre des sexes qui prenait des proportions alarmantes dans le pays. Le gouvernement a identifié 100 districts où il n'y a qu'entre 837 et 875 naissances de filles pour 1.000 garçons.

La détermination du sexe avant la naissance est un délit en Inde, sanctionné par une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison. Pourtant, une étude datant de 2011 publiée dans le journal médical The Lancet a révélé que près de 12 millions de foetus féminins avaient été avortés en Inde ces trente dernières années.

En savoir plus sur:

Nos partenaires