L'Allemagne rejette la demande d'Athènes

19/02/15 à 15:16 - Mise à jour à 15:13

Source: Belga

Le ministère des Finances allemand a rejeté jeudi la demande déposée par la Grèce d'extension de l'aide de ses partenaires européens, estimant qu'elle ne représentait "pas une solution substantielle" et ne répondait pas aux critères fixés par la zone euro.

L'Allemagne rejette la demande d'Athènes

© Reuters/Tobias Schwarz

"La lettre en provenance d'Athènes n'est pas une proposition substantielle de solution", a commenté Martin Jäger, porte-parole de Wolfgang Schäuble, ministre des Finances, dans un bref communiqué. "En vérité, elle vise à obtenir un financement-relais, sans remplir les exigences du programme. Le courrier ne remplit pas les critères définis lundi par l'eurogroupe", a -t-il poursuivi. Athènes s'est adressé aux ministres des Finances de la zone euro jeudi pour obtenir un prolongement de six mois du soutien financier de ses partenaires, et en prenant un certain nombre d'engagements. Le gouvernement grec refuse toutefois de se plier au "memorandum" qui est associé au programme d'aide, et prescrit au pays de rigoureuses mesures d'austérité. Dès mercredi, Berlin avait jugé qu'aides et réformes étaient indissociables, et insisté sur cinq conditions que devrait remplir la demande grecque pour satisfaire la zone euro. Parmi elles figurent l'engagement à ne pas détricoter les réformes déjà engagées, à ne pas mettre sur les rails de nouvelles qui pèseraient sur les finances publiques grecques, ou encore un engagement d'Athènes à rembourser tous ses créanciers. Les pays de l'union monétaire se sont entendus sur ces conditions lundi à Bruxelles. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est montré jeudi nettement plus conciliant que l'Allemagne, estimant que la lettre d'Athènes était un signal "positif" qui ouvrait "la voie à un compromis". Le programme en cours expire le 28 février, et l'Etat grec risque sans ce soutien financier de se retrouver en cessation de paiement. L'Eurogroupe doit se retrouver à Bruxelles vendredi pour s'entendre sur une réponse à Athènes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires