L'Afrique est "mûre" pour contribuer aux droits de l'Homme, estime Mohammed VI

28/11/14 à 07:37 - Mise à jour à 07:37

Source: Belga

Le roi Mohammed VI a estimé jeudi, à l'ouverture d'un important forum consacré aux droits de l'Homme, que l'Afrique est suffisamment "mûre" pour contribuer à l'élaboration de normes de droits humains.

L'Afrique est "mûre" pour contribuer aux droits de l'Homme, estime Mohammed VI

Mohammed VI , Roi du Maroc. © Reuters

"Le monde en développement et l'Afrique en particulier" doivent devenir des acteurs dans la "production de normes dans le domaine des droits de l'homme", a estimé le souverain marocain, dans un discours lu par le ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid, à l'occasion de l'ouverture du deuxième Forum mondial des droits de l'Homme (FMDH), qui accueille à Marrakech (sud) près de 6.000 participants d'une centaine de pays.

L'Afrique "ne peut rester l'objet sempiternel des débats sur les droits de l'Homme" et des "rapports internationaux", mais souhaite aussi être "écoutée" pour dire "sa conception à la contribution des normes" internationales en la matière, a-t-il poursuivi.

Organisé à Marrakech, en présence de plusieurs personnalités dont l'ancien chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero et des représentants d'ONG internationales, les participants au FMDH vont débattre d'une large palette de thématiques : droits des femmes, abolition de la peine de mort, droit des enfants, liberté de conscience, etc.

La séance d'ouverture, qui s'est déroulée sous un chapiteau archi-comble, a été marquée par les applaudissements de l'assistance surtout à l'évocation de la question des droits des femmes, et notamment de la problématique des "femmes soulaliyates" qui se battent au Maroc pour le droit à l'héritage sur les "terres collectives".

Malgré l'appel de "bienvenue" des organisateurs, huit associations, dont l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante), une des principales ONG marocaines dans le domaine des droits de l'Homme, ont maintenu leur "boycott" de l'événement, sur fond de tension avec les autorités du royaume.

Nos partenaires